Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Florence Hermelin, directrice de NRJ Lab

« Pas si facile d'être technophile ! »

20/03/2008

Al'ère du tout-technologique, il semble que ce soit devenu plus compliqué, voire dangereux, d'appartenir à la première génération née avec le numérique.

Certes, les nouvelles technologies ont achevé de libérer la parole des jeunes, ce qui leur a permis de se valoriser et, finalement, de se sentir exister dans un monde difficile. S'ils se sont emparés de ces outils avec gourmandise, c'est pour mieux les mélanger à leurs autres pratiques quotidiennes, notamment médias. Toutefois les jeunes n'ont pas mesuré, au début, les conséquences de cette parole virtuelle dont ils se sont grisés, alors même qu'ils ne se lassent pas de l'épier, de la commenter et de la transmettre. Or, cette expression libérée sous forme d'une écriture spontanée - par principe sans intonation - a généré de nouvelles craintes : celles de l'incompréhension et du quiproquo, qui peuvent détruire des liens forts. Puis, rapidement, parmi ces craintes, c'est l'idée du détournement d'identité, de la manipulation qui a émergé, jusqu'au risque de voir sa réputation ternie dans la vraie vie.

Nouveaux ghettos

Sans virer à la psychose, ni renoncer à ces outils de divertissement quotidien, les jeunes sont devenus plus soucieux de la protection de leur intimité. Ils cloisonnent, font attention à ce qu'ils écrivent... Il paraît même que des collégiens ne vont plus aux toilettes de peur d'être pris en photo et de faire le tour des blogs.

À l'heure où les repères s'estompent, la Toile peut devenir anxiogène pour des individus qui doivent avant tout se structurer. Difficile en effet de trouver des balises, des référents dans un espace où toutes les opinions s'expriment. D'où la forte adhésion des jeunes aux réseaux communautaires, qui les rassurent en favorisant les rencontres affini­taires. Et voilà le risque : créer de nouveaux ghettos ! En effet, la tentation est forte de proposer une information ou un produit avec la certitude que cela conviendra au profil identifié. Cette culture de l'analogie, du prémâché, accentuée par la capacité mimétique des jeunes et leur sens de l'effort limité, pourrait mener, si l'on n'y prend garde, à une pensée « ego-suffisante » encourageant même une forme d'inertie culturelle et créative.

À ces premières peurs et dangers s'ajoute la nouvelle pression qui consiste à assimiler le jeune à une « hot line » permanente, capable d'intégrer et de vulgariser en temps réel toutes les nouveautés pour des parents largués. Car les adultes aussi ont adopté cette exigence d'immédiateté et cette insatisfaction chronique liée à l'hyperchoix. Agacés d'être continuellement sollicités, perdus et parfois angoissés par ces mondes virtuels pas toujours maîtrisés... pas si simple pour nos jeunes d'être pionniers.

Envoyer par mail un article

« Pas si facile d'être technophile ! »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.