Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Communication éditoriale

27/03/2008 - par A.-L. C.

Les entreprises sont désormais entrées de plain pied dans l'ére numérique. Aussi les agences spécialisées se déploient-elles dans un champ plus large que celui de la communication écrite.

En 2007, la communication éditoriale a franchi le pas du Web 2.0. Signe fort sur le marché: le groupe TBWA France, poussé par la globalité du discours des marques à l'heure d'Internet, des blogs et du marketing de rue, a rapproché ses deux filiales, l'agence de publicité BDDP&Fils et l'agence de communication éditoriale Textuel. Une nouvelle offre dénommée BDDP Unlimited a ainsi vu le jour. Autre fait marquant, plus récent: la naissance du groupe Makheia, issu du rapprochement des sociétés Mediagerance et Image Force. L'un des pôles du groupe est désormais consacré à la communication corporate et regroupe les agences Sequoia et Artice (ex-Image Force) ainsi que Franklin Partners et All Contents (ex-Mediagerance).

Glissement sémantique

Signe que l'entreprise a changé et qu'elle est -entrée dans l'ère numérique, les agences de communication éditoriale s'emploient à inscrire leur positionnement dans un horizon plus large. «Avec ces nouveaux outils, nous créons des moments de communication. Notre métier est passé du support au contenu, de la périodicité (mensuelle, trimestrielle, etc.) à l'événementiel», estime Éric Camel, directeur de l'agence Angie.

Cette évolution a-t-elle rendu caduc le modèle des agences d'édition? Au vu des glissements sémantiques, on pourrait le penser. Entrecom se définit désormais comme une agence de «communication relationnelle». Chez W&Cie, on crée de nouveaux métiers comme celui des «conversations de marque maîtrisées» ou comment engager une nouvelle forme de relation avec toutes les communautés de la marque. Des changements qui se font en profondeur. «De simples éditeurs, nous devenons des interlocuteurs essentiels de la communication d'entreprise», analyse Éric -Tazartez, PDG de l'agence Publicorp.

Mais ce nouveau champ des possibles ouvre également la porte à une plus large concurrence. Une nouvelle génération d'agences numériques, (Bee Light ou Big Youth, par exemple) ou d'agences de communication alternative (Magic -Garden, etc.) mettent elles aussi sur pied des offres pour les annonceurs, de même que certains éditeurs de presse. Le schéma traditionnel des agences d'édition y survivra-t-il?

«Avec ces nouveaux outils, nous créons des moments de communication. Notre métier est passé du support au contenu, de la périodicité (mensuelle, trimestrielle, etc.) à l'événementiel», estime Éric Camel, directeur de l'agence Angie.

Cette évolution a-t-elle rendu caduc le modèle des agences d'édition? Au vu des glissements sémantiques, on pourrait le penser. Entrecom se définit désormais comme une agence de «communication relationnelle». Chez W&Cie, on crée de nouveaux métiers comme celui des «conversations de marque maîtrisées» ou comment engager une nouvelle forme de relation avec toutes les communautés de la marque. Des changements qui se font en profondeur. «De simples éditeurs, nous devenons des interlocuteurs essentiels de la communication d'entreprise», analyse Éric -Tazartez, PDG de l'agence Publicorp.

Mais ce nouveau champ des possibles ouvre également la porte à une plus large concurrence. Une nouvelle génération d'agences numériques, (Bee Light ou Big Youth, par exemple) ou d'agences de communication alternative (Magic -Garden, etc.) mettent elles aussi sur pied des offres pour les annonceurs, de même que certains éditeurs de presse. Le schéma traditionnel des agences d'édition y survivra-t-il?

«De simples éditeurs, nous devenons des interlocuteurs essentiels de la communication d'entreprise», analyse Éric -Tazartez, PDG de l'agence Publicorp.

Mais ce nouveau champ des possibles ouvre également la porte à une plus large concurrence. Une nouvelle génération d'agences numériques, (Bee Light ou Big Youth, par exemple) ou d'agences de communication alternative (Magic -Garden, etc.) mettent elles aussi sur pied des offres pour les annonceurs, de même que certains éditeurs de presse. Le schéma traditionnel des agences d'édition y survivra-t-il?

Envoyer par mail un article

Communication éditoriale

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies