Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La réussite du papier, modèle des sites d'info

03/04/2008 - par Muriel Signouret

S'ils commencent à gagner de l'argent, les journaux gratuits d'information en ont aussi beaucoup dépensé. Et il leur faut encore conquérir le Web.

Osez dire à un éditeur de gratuits d'information que son modèle économique n'a pas encore fait ses preuves ! Vous déclencherez au mieux un rire sarcastique et l'énoncé des tares du modèle concurrent de la presse payante, au pire une sourde colère. Que ce soit à 20 Minutes ou à Metro, pionniers du secteur, la question, si elle n'est plus taboue, met mal à l'aise. Plutôt que d'évoquer le retour sur investissement, on préfère mettre en avant les résultats d'exploitation. Et pour cause : 20 Minutes a dégagé en 2007 pour la première fois de son existence un bénéfice de 400 000 euros.

Mais attention, seule l'activité « print » est rentable. Le Web, lui, reste déficitaire, avec des pertes de 2 millions d'euros. Le point mort a toutefois été abaissé à 4,5 millions d'euros. Pierre-Jean Bozo, PDG de 20 Minutes, pense l'atteindre pour l'activité Web dès la fin de l'année 2008. Mais il ne se risque à aucun commentaire en ce qui concerne le retour sur investissement. « En termes de tendance consommateurs et de modèle économique, les gratuits d'information ne sont pas fragiles, contrairement aux payants, lance-t-il. Ils le prouvent d'ailleurs à l'étranger, puisque 20 Minutes dégage une marge opérationnelle de 20 à 25 % en Espagne et de 35 % en Suisse. »

Michaël Bitan, nouveau directeur général de Metro, est plus nuancé : « C'est vrai que nous nous attendions à un retour sur investissement plus rapide. Mais nous avons dû faire face à un marché publicitaire morose et à l'arrivée de nouveaux entrants, séduits par le concept. » À Metro France, où les pertes cumulées avoisinent 21 millions d'euros pour 613 000 euros de bénéfice en 2007, le retour sur investissement est prévu pour 2014-2015. Soit un retard de trois à quatre ans sur les objectifs initiaux.

Efforts éditoriaux

Quant au dernier venu, Direct matin, la tête de pont parisienne du réseau Ville Plus dans laquelle Vincent Bolloré et Le Monde ont investi 25 millions d'euros, il devrait dégager ses premiers bénéfices d'ici à cinq ans. Et si la régie se targue d'avoir dépassé ses objectifs, elle sait aussi qu'elle peut s'adosser à un Vincent Bolloré plutôt patient. Dès le lancement du titre, l'industriel n'a-t-il pas fait taire les mauvaises langues en affirmant qu'il mettrait « les moyens nécessaires, pendant le temps qu'il faudra, pour que ce journal réussisse » ?

En attendant, les deux pionniers se réjouissent de leurs chiffres d'audience, qui les placent aux premiers rangs des quotidiens les plus lus de France, selon la dernière étude Epiq. 20Minutes devient leader avec 2,52 millions de lecteurs, en hausse de 4,3 % par rapport à 2006-2007. Metro se hisse à la deuxième place, devant L'Équipe, avec 2,32 millions de lecteurs (+ 14 %). « Nous avons certes augmenté notre mise en distribution. Mais nous avons aussi fait un gros travail au niveau éditorial », poursuit ­Michaël Bitan. En ce qui concerne ­Direct matin, le verdict tombera en septembre.

Pour que le pari soit gagné, encore faut-il que les gratuits réussissent leur migration sur Internet. Mais quid de la valeur ajoutée d'un gratuit sur le Web à l'heure où les sites d'information des titres payants sont eux aussi accessibles gratuitement ? Une question qui a conduit Christian Studer, rédacteur en chef de Direct soir, à ne pas se lancer sur Internet. « La frontière entre gratuits et payants n'existe plus. Ce qui compte, c'est ce que l'internaute cherche », répond pour sa part Pierre-Jean Bozo qui estime, fort de 1,9 million de visiteurs uniques en janvier, que 20minutes.fr remplit sa mission.

Michaël Bitan, de Metro, admet un certain cafouillage sur le Web. Il compte bien y remédier avec la nouvelle version de metrofrance.com, lancée fin mars. Le site, qui sera décliné dans les autres pays où Metro est présent, met en avant l'info locale et des rubriques différentes selon les moments de la journée. « Au rythme de ma vie et au coeur de ma ville », clame le slogan. « Metrofrance.com nous permet d'accompagner notre cible de jeunes actifs urbains sur tout le territoire », souligne Michaël Bitan. Reste à apporter la preuve de ce modèle par les chiffres.

Envoyer par mail un article

La réussite du papier, modèle des sites d'info

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.