Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Sondages

L'« opinion » hésite encore

24/04/2008

Seul domaine d'activité à cultiver une certaine imperméabilité à Internet : celui des études d'opinion. « Exactement comme le téléphone il y a vingt ans », sourit Hugues Cazenave, président d'Opinion Way, premier institut à avoir jeté sa gourme en matière d'enquêtes d'opinion en ligne et qui réalise aujourd'hui 45 % de ses études sur Internet. Longtemps légitimée par l'argument méthodologique, cette résistance de « l'opinion » aux modes de recueil en ligne puise également ses raisons dans le modèle économique d'instituts ayant pour la plupart lourdement investi dans les autres terrains. La structure a en partie justifié la méthode, et les entreprises ne pouvaient que s'arc-bouter sur des acquis chèrement monnayés.

Mais les freins s'expliquent sans doute également par la surexposition médiatique des études d'opinion, a fortiori des sondages politiques qui, immédiatement projetés sur le réel, supportent difficilement l'erreur.

Double jeu

Surmédiatisation, mais aussi poids des enjeux. La prudence des hommes d'études n'est qu'un écho de leur responsabilité d'animation de la vie publique. Entre 80 % de consommateurs qui mangent des yaourts et 80 % de citoyens qui sont pour le renforcement de la présence française en Afghanistan, les enjeux ne sont pas les mêmes. À matières chatouilleuses, méthodologies sensibles. Le sondage en ligne reste donc un sujet délicat. La récente polémique taxant Opinion Way d'une propension à la surpondération sarkoziste en témoigne. Une levée de boucliers un peu expéditive de la part de sondeurs et de médias se drapant d'une main dans le linge de la vertu et investissant de l'autre dans la déclinaison aux enquêtes d'opinion de méthodologies en ligne largement rodées par les études marketing. Opinion Way a-t-il souffert de cette fronde ? « Peut-être aura-t-on perdu deux ou trois briefs, mais aucun client. In fine, cette polémique aura fait parler de nous, ce qui, dans notre position de challenger, n'est pas inintéressant », affirme Hugues Cazenave.

Envoyer par mail un article

L'« opinion » hésite encore

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.