Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

10 groupes de presse à la loupe

15/05/2008 - par M.S.

Constrastée, cette année 2007, notamment entre les quotidiens et les magazines, sur fond de recomposition des portefeuilles de titres.

Ouest France: En attendant des jours meilleurs

« Une année contras- tée. » C'est ainsi que Louis Echelard, directeur général du groupe Sipa, la société éditrice d'Ouest France, évoque 2007. Dans la colonne des points positifs : une diffusion France payée en hausse de 1 % pour son navire amiral et de 4,5 % pour l'édition dominicale, aidée par sa politique des prix puisque le journal coûte 70 centimes, tarif inchangé depuis le passage à l'euro. Autre satisfaction : les activités Internet se sont développées et attirent 8,5 millions de visiteurs uniques par mois sur l'ensemble des sites du groupe, soit une progression de 50 % sur un an. Dans la colonne des points négatifs : le repli des recettes publicitaires, avec une baisse de 20 % sur les annonceurs nationaux, alors que les charges continuent d'augmenter, ne serait-ce qu'avec le coût du papier. La rentabilité passe donc de 8 à 5 millions d'euros pour 2007, pour un chiffre d'affaires d'environ 320 millions d'euros, en hausse de 2,80 %.

Ebra: Au régime sec

Le groupe Ebra, créé en février 2006 et détenu à 51 % par L'Est Républicain et à 49 % par le Crédit Mutuel, se targue toujours d'être le premier groupe de presse quotidienne régionale de France, de la Moselle au Rhône et du Rhin à la Durance. Tout au long de ce ruban à l'est de la France, il vend chaque jour près de 1,1 million d'exemplaires dans 23 départements pour une audience de près de 3,5 millions de lecteurs. Mais ces chiffres flatteurs cachent une réalité sociale moins reluisante. Début 2008, les quelque 4 500 salariés du groupe ont appris la suppression de 10 % des effectifs. Une cure d'amaigrissement, qui touche tout autant L'Est Républicain que Le Progrès et Les Dernières Nouvelles d'Alsace. L'objectif est de se rapprocher du point d'équilibre alors que l'endettement du groupe est estimé à 380 millions d'euros fin 2007, pour un chiffre d'affaires de 550 millions, selon le Syndicat national des journalistes (SNJ). M.S

Le Figaro: Gros temps avant accalmie ?

De rumeurs en démentis, la réalité a fini par se faire jour au Figaro. En février 2008, la direction a annoncé un plan de départs volontaires visant 60 à 80 postes sur 600. L'objectif de la direction, qui a déjà supprimé le cahier sports en début d'année ainsi que plusieurs rubriques de débat, est de réaliser 12 millions d'euros d'économies, alors que le quotidien a perdu 10,5 millions en 2007 pour un chiffre d'affaires d'environ 240 millions d'euros. Francis Morel, directeur général du groupe, estime toutefois que le quotidien racheté par Serge Dassault il y a quatre ans continuera à perdre de l'argent jusqu'en 2009, même si le groupe est bénéficiaire. Du point de vue de la diffusion, grâce à un premier semestre électoral, le titre se porte plutôt bien avec une hausse de 1 % en 2007 (à près de 326 000 exemplaires). M.S.

Sud-Ouest: Cap à l'est

L'année 2008 pourrait bien remettre le groupe Sud-Ouest sur la voie de la stabilité. Déjà, il a retrouvé son ancien patron. Après un bref passage au Monde (dix-huit mois), Pierre Jeantet est de retour en terre bordelaise depuis février. L'année 2007 a été plutôt mouvementée, avec la consolidation du groupe dans la presse gratuite via le rachat de H3S. Surtout, il a étendu son influence sur le pourtour méditerranéen, à l'est de sa zone naturelle, en acquérant les Journaux du Midi, ce qui porte son chiffre d'affaires global à 555 millions d'euros en 2007 et le nombre de salariés à quelque 4 000 personnes. Aujourd'hui, les équipes s'attellent à définir une nouvelle formule du quotidien bordelais, qui devrait voir le jour en septembre 2009. Le site Internet du titre, lui, devrait faire peau neuve dès novembre. M.S.

Prisma Presse: Priorité au Web et au luxe

En 2007, Prisma Presse a enregistré un chiffre d'affaires de 585 millions d'euros pour un résultat net de 44 millions. Il affiche une progression de près de 2 % du chiffre d'affaires diffusion de ses magazines, une croissance réalisée à la fois sur les marchés de la vente en kiosques et de l'abonnement, qui progressent respectivement de 1,2 % et 2,8 %. Parmi les diffusions en hausse par rapport à 2006 : VSD (10,3 %), Voici (8,4 %), Gala (6,5 %), Capital (4,5 %), Management (7,9 %), Cuisine actuelle (6,9 %), Prima maison (15,2 %), Géo ado (32,7 %), lequel pourrait être cédé à Milan Presse... Cette année, Prisma Presse, lauréat du prix du magazine de l'année avec Géo, entend poursuivre le développement de ses « marques » sur le Web. Il a par exemple acquis le site programme.tv en février dernier. Le 20 mai, il présentera à la presse son dernier-né, Femmes, un mensuel qui sera piloté par Marie-France Pauwels et avec lequel le groupe entend se positionner sur le segment féminin luxe. Prisma a d'ores et déjà annoncé que le contenu rédactionnel du magazine serait fortement orienté vers la mode et la culture, avec de grandes signatures éditoriales et photographiques. D.L.G

Le Monde: Un plan dur à avaler

Au Monde, l'année 2007 s'est terminée par un coup de théâtre, avec la démission collective du directoire qui s'apprêtait à annoncer un plan de redressement. Si Pierre Jeantet, son président, et Bruno Patino, son vice-président, sont effectivement partis, Éric Fottorino, jusqu'alors directeur du quotidien, a repris sa démission pour se présenter, avec David Guiraud, ancien directeur général des Échos, à la tête du groupe. Après moult négociations et concessions, le duo a été élu au directoire tandis que Jean-Michel Dumay, qui présidait la Société des rédacteurs, et Alain Minc, président du conseil de surveillance, ont perdu leur fauteuil. Ce ne seront sans doute pas les seuls. Début avril, le nouveau directoire a présenté un plan de relance qui prévoit 130 suppressions d'emplois, sur fond de récession publicitaire mais d'amélioration de la diffusion (+1,47%, à 316 851 exemplaires), et la cession de certaines filiales. Objectif : rétablir l'équilibre d'ici à 2010, après sept années de pertes, dont 15,4 millions d'euros en 2007, pour un chiffre d'affaires de 631 millions d'euros. Un plan qui suscite la colère des salariés : ce printemps, Le Monde a été absent des kiosques à trois reprises pour cause de grève. M.S

Mondadori France: un portefeuille en voie de rationalisation

Depuis le rachat d'Emap par Mondadori, un certain secret plane autour du 3e groupe de presse magazine français. On sait néanmoins qu'il est en négociation exclusive avec Motor Presse France (Gruner + Jahr) pour la vente de six de ses publications (Le Cycle, L'Officiel du cycle, de la moto et du quad, Bateaux, Golf européen, Golf magazine et la collection Guide Bel-Air). Cette opération s'inscrit dans la stratégie de rationalisation de son portefeuille de titres. Le groupe a en effet annoncé en février son projet de mise en vente de treize titres du pôle Loisirs, qui comprend notamment, outre les titres déjà cités, les magazines Diapason et Réponses photo. Par ailleurs, Valérie Camy, précédemment directrice générale presse de Lagardère Active Publicité, en charge de la commercialisation France, a rejoint le groupe en tant que directrice exécutive de Mondadori France Publicité. Cette nomination fait suite au départ de Bénédicte Half-Ottenwaelter, pour « divergences stratégiques ». Enfin, le groupe est attendu au tournant à l'automne 2008 avec le lancement de l'hebdomadaire féminin Grazia, chapeauté par Yseult Williams, ex-directrice de la rédaction de Marie France. Le budget pour lancer ce titre se monte à environ 25 millions d'euros. D.L.G.

Groupe Hersant Média: plus gros en PQR

En rachetant l'été dernier à Lagardère le pôle La Provence-Nice Matin, Groupe Hersant Média (GHM) a fait progresser son chiffre d'affaires (683 millions d'euros en 2006) de 220 millions. C'est donc un groupe de plus de 900 millions de chiffre d'affaires qui s'impose aujourd'hui dans la presse régionale, mais de façon éclatée : en Normandie (Paris-Normandie, Le Havre libre), où il a mis en place un plan de relance après une période de difficultés financières (-3 millions d'euros en 2006), en Champagne-Ardenne (L'Ardennais, L'Est Éclair...), et donc dans le Sud-Est (La Provence, Nice Matin, Corse Matin). Un éclatement qui limite les synergies entre les pôles et alors que GHM n'est pas parvenu à mettre la main sur le Midi libre, racheté par Sud-Ouest. Heureusement, il peut compter sur Paru Vendu, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 397 millions d'euros en 2007, en hausse de 2 % en un an, après +12 % en 2006. Le site paruvendu.fr croît de 27 %, avec près de 24 millions d'euros réalisés et une audience de 4,8 millions de visites par mois. Un site d'e-commerce, windil.fr, a été lancé en avril. A.de.R

Éditions Amaury: Déceptions sportives

Alors que l'année 2008 a mal commencé avec l'annulation du Dakar, 2007 s'est révélée tout aussi peu sportive. Hormis le Mondial de rugby, les événements n'ont pas été à la hauteur de 2006, avec la Coupe du monde de football. Résultats pour L'Équipe : une diffusion France payée en baisse de 7,8 % et 98 millions d'euros de recettes publicitaires nettes, soit le chiffre de 2006 hors 3 millions d'euros d'impact de la finale du Mondial. Même déception pour la diffusion de L'Équipe magazine (-4,3 %) et de France football (-4,7 % le vendredi et -6,37 % le mardi). Depuis avril 2008, les ventes du quotidien sportif repartent à la hausse (3 %), après l'arrivée de Noël Couedel, conseiller éditorial et ancien patron de la rédaction, et alors que se profilent l'Euro et les JO. L'année 2007 fut aussi une période d'élections. Le Parisien-Aujourd'hui en France poursuit son ascension (+3,12 %), à 523 513 ex. payés en France, ne souffrant finalement pas d'un concurrent à bas prix (projet Springer) et réalisant 72 millions de chiffre d'affaires publicitaires. En 2007, le chiffre d'affaires du groupe, à 660 millions d'euros, aurait permis de dégager près de 75 millions de résultat opérationnel, un chiffre supérieur aux prévisions. La presse totalise 500 millions d'euros dans ce montant, dont 180 millions réalisés par la régie publicitaire. A.de.R.

Lagardère Active : Entre records et fermetures

Chiffre d'affaires en hausse pour Lagardère, qui réalise 2,29 milliards d'euros dans le monde (dont 46 % en France), contre 2 milliards en 2006. Le groupe a annoncé le 30 avril le rachat de l'éditeur Massin (Art&Décoration et Maison&Travaux), qui vient compléter son porte-feuille décoration (Elle déco, Le Journal de la maison et Campagne déco). Hausse aussi pour la diffusion de trois de ses principaux hebdomadaires, Public ayant même reçu une étoile de l'OJD pour une progression de 18,4 % (433 362 exemplaires). Elle a battu des records, notamment avec sa couverture d'octobre 2007 sur Cécilia Sarkozy (plus de 600 000 ex.). Paris Match affiche une progression de 8,6 %, à près de 656 000 exemplaires en 2007, soit son plus haut niveau depuis dix ans. Lagardère a en revanche fermé des titres, considérés comme moins stratégiques : L'Écho des savanes, Top famille et Isa. Les quotidiens régionaux du Sud-Est ont été cédés, et la SCPE, éditrice d'Entrevue et de Choc, a été rachetée par son patron, Gérard Ponson. L'idée étant de se recentrer sur « les grands hebdos, le féminin, l'art de vivre, le people et l'entertainment ». C'est dans cet esprit que le groupe a lancé le 17 avril 2008 le semestriel Very Elle, un « magazine écrin » consacré aux stars. On attend maintenant la « relance » du Journal du dimanche, confiée à Christian de Villeneuve (à la place de Jacques Espérandieu) et, pour les mois à venir, le lancement de parismatch. com, avec au manettes François Bourboulon, ex-Métro, nommé rédacteur en chef du site. D.L.G.

Envoyer par mail un article

10 groupes de presse à la loupe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.