Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien John Rose

« Les chaînes doivent passer d'un flux d'info à une offre à la demande sur le Web »

26/06/2008

Selon John Rose, directeur du bureau new-yorkais du Boston Consulting Group, les marques médias mondiales ne sont pas en danger si elles réussissent leur mue.

Quels sont les défis des médias internationaux ?

John Rose. Il y a aujourd'hui trois types de gagnants dans le monde de l'information. D'une part, les médias traditionnels, qui ont assis leur réputation dans la production de contenus, tels le Financial Times, The Economist ou le New York Times. D'autre part, les distributeurs globaux de contenus, comme Yahoo, Google ou AOL. Et enfin les médias qui offrent une information purement locale. Ceux qui se situent au milieu sont en danger. Les lecteurs font confiance à ces marques, quel que soit le support. Pour assurer leur pérennité, elles doivent continuer à diffuser une voix éditoriale unique et être plurimédia.

Les Yahoo et autres Google constituent-ils une nouvelle menace pour les médias internationaux traditionnels ?

J.R. Ces portails Internet ne sont pas tout à fait nouveaux, ils sont présents depuis une décennie. À l'inverse, l'internationalisation de certains quotidiens est récente, ainsi le développement du Financial Times en Amérique du Nord. Et, d'une certaine manière, la puissance et le rôle de distributeur d'information de Yahoo ou de Google ont permis aux journaux traditionnels d'émerger globalement. Que l'on soit hors ou en ligne, l'important est d'avoir une marque forte.

Que pensez-vous de la déclaration de Rupert Murdoch qui a prédit récemment, lors de la conférence « All Things digital » aux États-Unis, la mort des journaux dans les cinq à dix ans à venir ?

J.R. Ce qui est surprenant, c'est que Steve Ballmer, le successeur de Bill Gates à la tête de Microsoft, a dit exactement la même chose au même moment. Steve Ballmer est même allé plus loin que le patron de News Corp. en soutenant que le papier n'existera plus. Je pense qu'il existera encore, mais qu'il ne constituera pas la seule plate-forme d'information pour les éditeurs.

Comment, dans ce contexte, voyez-vous l'avenir des chaînes internationales ?

J.R. Comme pour les autres médias, elles doivent évoluer et passer d'un service de flux linéaire à une offre présente sur le Web, à la demande et où l'on peut effectuer des recherches, dans les archives notamment. La problématique reste la même que pour les autres médias : comment restent-elles uniques et comment se distinguent-elles par rapport à leurs concurrents. Il y a encore des opportunités de développement pour elles, mais pas forcément via la télévision telle qu'on la connaît aujourd'hui. Cela passera davantage par d'autres canaux de distribution, soutenus par des innovations technologiques à l'instar de ce que fait Critical Mention, un nouvel outil de recherche vidéo.

Envoyer par mail un article

« Les chaînes doivent passer d'un flux d'info à une offre à la demande sur le Web »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies