Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'homme de l'année 1998 vu par Jean-Marie Messier

27/11/1998

Le président de Vivendi et de Cegetel, homme de l'année 1997, nous livre ses impressions sur le manager Jacquet.

Aimé Jacquet élu par les professionnels de la communication, est-ce incongru? Jean-Marie Messier. Au contraire! C'est un choix évident et affectif. La communication est l'art de vendre du rêve, qui peut parfois devenir réalité. Qu'a fait d'autre Aimé Jacquet? Il a permis à soixante millions de Français de réaliser leur rêve de gamin: voir la France battre, chez elle, la plus grande équipe qui soit, le Brésil, et devenir ainsi championne du monde. Tout homme de communication rêve d'un tel résultat! De votre point de vue de manager, à quoi est dû son succès? J.-M.M. Il a su trouver l'alchimie gagnante en créant une équipe soudée, composée de personnalités différentes et talentueuses. Il a parié sur de jeunes joueurs comme David Trézéguet et Thierry Henry, à l'inverse des Allemands qui ont misé sur des seniors, et imposé Emmanuel Petit. À tous il a su insuffler confiance et ambition. Ses choix ont été contestés, mais il a tenu bon. La seule réponse aux critiques était évidemment la victoire. Son succès est dû à un mélange d'intuition - et un manager doit en avoir pour anticiper -, de détermination et de chance. Aimé Jacquet a pris des risques et a imposé sa chance... Y a-t-il des enseignements à tirer de la méthode et du style Jacquet? J.-M.M. En toute circonstance, il a montré rigueur, énergie, persévérance, et une constance exemplaire dans sa capacité à encourager sans relâche ses joueurs. Ce qui ne l'a pas empêché de rester un homme authentique et d'une grande modestie. Chapeau! Est-il, selon vous, plus difficile de diriger 220000 personnes ou de mener 22stars du ballon rond en finale de la Coupe du monde? J.-M.M. J'ai huit stars, membres du comité exécutif de Vivendi, à manager. Plus sérieusement, pour les entreprises, le Mondial se joue chaque année et il n'y a jamais de finale. En revanche, patrons et entraîneurs sportifs partagent le même équilibre instable et ont en commun le devoir d'être à la fois exigeant, disponible et généreux. Aimé Jacquet reste marqué par le fait qu'il aurait pu échouer. Son succès n'aurait-il pas dû tout balayer? J.-M.M.: Le succès ne balaye rien! C'est le doute qui est le véritable moteur. Son grand succès est d'avoir su rester fidèle à lui-même. J'ai eu le privilège de le voir à Clairefontaine le 13juillet, le lendemain de la victoire. Il n'avait en rien changé. Au milieu des enfants qui le sollicitaient, il était là: simple, chaleureux, vrai. Quel souvenir gardez-vous du Mondial? J.-M.M. Des souvenirs de supporter: les angoisses et la délivrance contre le Paraguay et l'Italie et, bien sûr, le 3-0 de la finale! Génial, époustouflant, enthousiasmant! Je garde également le souvenir de cette équipe unie «Black, Blanc, Beur». Sa victoire ridiculise les thèses du Front national. J'espère que cette image d'une France réconciliée laissera des traces positives pour longtemps. Les Bleus se sont plaints de la trop forte présence des VIP dans les loges. Que leur répondez-vous? Et en termes de relations publiques, qu'a représenté le Mondial pour votre groupe? J.-M.M. Leur mécontentement était compréhensible, mais les stades ne pouvaient pas dépasser leur capacité d'accueil. Pour la finale, dans les loges de Vivendi, il n'y avait pas de cravates, uniquement des écharpes tricolores, et tous nos invités d'Amérique du Nord, d'Asie et d'Australie portaient le maillot bleu. C'était fantastique de pouvoir leur donner cette image d'une France qui gagne. Ne pas le faire aurait été une erreur de management. À l'étranger, le Mondial a-t-il modifié l'image que les gens ont de la France? J.-M.M. La France a pris un sacré coup de jeune. Et Zidane, Barthez, Jacquet sont sans doute les Français les plus connus aux quatre coins de la planète. Merci «Mémé».

Envoyer par mail un article

L'homme de l'année 1998 vu par Jean-Marie Messier

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.