Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Rhône-Alpes

Lyon, vitrine du jeu vidéo et d'Internet

12/02/1999

Le chiffre d'affaires des jeux vidéo a dépassé celui du cinéma», aime à rappeler Bruno Bonnell, Pdg d'Infogrames. Dans la ville où les frères Lumière ont inventé le septième art, la remarque prend une saveur particulière. À la pellicule succèdent les images virtuelles du numéro un des logiciels de loisirs interactifs en Europe. Si Infogrames, milliardaire en francs (1,4milliard de francs), reste loin du leader mondial Electronics Arts, milliardaire en dollars, ses ambitions mondiales sont intactes. Un moment tenté par Londres, Infogrames va investir à Lyon en l'an 2000 quelque 70millions de francs dans un nouveau siège d'où il compte inonder la planète de ses productions, à deux pas... du siège d'Electronics Arts France. Dans le sillage de l'éditeur lyonnais, l'agglomération est devenue un terreau fertile de la créativité vidéo et du multimédia. Toute activité confondue (multimédia on line et off line, prestataires de services, commerce électronique, jeux vidéo, gestion électronique de documents, etc.), le secteur représente sur Lyon plus de 150sociétés employant 2000personnes au moins, pour un chiffre d'affaires supérieur à 3milliards de francs.

Une vitrine ludique

Depuis les pionniers de la télématique locale qui ont négocié relativement tôt le virage multimédia -dont Jet Multimedia-France Explorer, Signes Particuliers, Le Serveur Internet, etc. -, le paysage lyonnais s'est enrichi d'une vitrine ludique grand public et de prestataires techniques dont certains oeuvrent dans des applications business to business très pointues. Citons par exemple Eden Studios, lancé par le créateur de V-Rally, succès mondial actuel d'Infogrames; Étrange Libellule; Game Squad, partenaire privilégié de Cryo Interactive, qui prépare un jeu pour Halloween 1999; le tandem Ozo-Heliovisions Productions, concepteur du jeu vidéo Hexplore et des habillages de la Fox; ou encore No Cliché, créée en 1997 pour mettre au point les jeux de Sega en prévision du débarquement de sa nouvelle console Dreamcast à la fin 1999. Logiquement, des start-up ont attiré la convoitise de géants. NCTech, spécialisée dans le développement et l'hébergement de sites web et dans les technologies Java, a été reprise par Transpac, tandis que Médiartis a intégré Publicis-Cachemire pour devenir son département multimédia (cf. l'encadré). Cette vitalité a d'ailleurs conduit France Télécom à expérimenter à Lyon sa «st@tion Internet» avec un total de 18PC en ligne pour une découverte du Web et des services de télétravail professionnels. Elle fait également rêver Bruno Bonnell d'une «Silisaône vallée» qui regrouperait les entreprises du jeu vidéo et du multimédia sur le futur site d'Infogrames.«La convivialité professionnelle générera de nouveaux produits ainsi que de nouveaux talents», conclut il.

Envoyer par mail un article

Lyon, vitrine du jeu vidéo et d'Internet

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.