Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Philippe Ulrich/Cryo

Aventurier virtuel

06/02/1998

Le père du Deuxième Monde en a gros sur le coeur. L'espace virtuel en 3D qu'il a développé pour Canal+ semble être laissé à l'abandon par ses parents adoptifs. «Un site comme celui-ci doit sans cesse évoluer en contenu et en fonctionnalité, sinon il ne survivra pas», s'inquiète Philippe Ulrich, éternel adolescent de quarante- sept ans. Le directeur général de Cryo est ainsi: un pur créatif qui s'attache à ses productions, qui sont autant de rêves réalisés. «La dernière aventure, c'est l'aventure technologique», lance cet autodidacte au parcours atypique.A quatorze ans, il lit Einstein et Rimbaud, passe un CAP de cuisine et part courir le monde. En 1968, il a dix-huit ans. Il s'équipe en ordinateur pour composer de la musique industrielle - il fera des disques - et se retrouve à bidouiller des jeux d'arcade. Remarqués, ceux-ci s'exportent, et Philippe Ulrich obtient même un Award pour Captain Blod. En 1992, il crée Cryo avec Jean-Martial Lefranc et Rémi Herbulot, et se contente d'être prestataire. En 1996, LVMH prend 20% du capital de Cryo. Ensemble, ils entrent à 49% dans Index+. Devenu éditeur, Philippe Ulrich se révèle orfèvre avec Versailles: complot à la cour du Roi-Soleil, où le château est virtuellement reconstitué dans ses moindres détails, ou encore Atlantis et Égypt. Cette année, il repart à l'assaut du on line avec le lancement de Scol, un outil de création de monde virtuel en 3D sur l'Internet, qui intègre la vidéo, le téléphone, le paiement sécurisé et la création d'avatars. À partir de là, le champ des possibles est infini...

Envoyer par mail un article

Aventurier virtuel

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.