Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ENTRETIEN JEAN-JACQUES AILLAGON

L'an 2000 doit mobiliser tous les Français

21/05/1999

Jean-Jacques Aillagon est président de la Mission 2000 en France, chargée de produire et de coordonner près de deux cents manifestations dans l'Hexagone jusqu'en décembre 2000. Il explique comment s'est organisée la recherche de partenaires et présente le plan de promotion des festivités.

Quels sont les partenaires financiers de la Mission? Jean-Jacques Aillagon. Notre premier souci a été de développer d'innombrables partenariats avec des collectivités locales et des établissements régionaux. Nous avons fait le pari d'organiser, non pas un grand événement central et parisien, mais deux cent manifestations sur l'ensemble du territoire. Toutes ont donné lieu à des partenariats avec les pouvoirs publics. Ainsi, pour le 31décembre 1999, nous préparons une grande fête conviant toutes les communes de France à ériger leur porte de l'an 2000, symbole du passage et lieu de rassemblement. Plus de 7000 d'entre elles ont déjà répondu positivement à l'appel. La grande exposition sur la beauté, en Avignon, a, elle, tout naturellement suscité un partenariat avec la ville, capitale européenne de la culture en l'an 2000. Notre budget total d'intervention est de 400millions de francs, mais il est de fait démultiplié par le soutien des collectivités locales. Le coût réel de l'ensemble des manifestations est, avec leur concours, de l'ordre de 2MdF. Quid des financements privés? J.-J.A. Dans certains cas, nous avons laissé le soin aux partenaires locaux d'élaborer eux-mêmes des partenariats avec des entreprises. Le Centre Georges Pompidou a ainsi lui-même négocié un partenariat avec Suez-Lyonnaise des eaux pour sa grande exposition sur le temps. Sur cette opération, l'apport financier privé est d'un montant équivalent à celui de la Mission, soit 5millions de francs. Pour l'exposition sur le jardin planétaire de la Villette, c'est l'établissement public du parc qui a directement négocié avec les partenaires que sont Gaz de France et la Fédération française de randonnée pédestre. La Mission ne s'intéresse à la recherche de financement que pour les projets sur lesquels elle engage une responsabilité de production quasi exclusive, comme la manifestation du 31décembre 1999 sur les portes de l'an 2000 (70MF de budget global) ou celle du déjeuner républicain du 14juillet 2000 (budget de 45MF). Vous souhaitiez, au départ, former un club de partenaires officiels de la Mission. Où en êtes-vous? J.-J.A. Nous avions envisagé de réunir une dizaine d'entreprises, chacune d'elles contribuant à hauteur de 10 à 15MF, à la constitution d'un fonds d'intervention. Très rapidement, il nous est apparu que nous faisions fausse route, les entreprises souhaitant avant tout choisir un événement correspondant le mieux à leur image et à leur public plutôt que de soutenir l'ensemble de la programmation. Nous sommes donc très pragmatiquement revenus au principe d'intéresser les entreprises à des projets précis. Nous avons ensuite choisi des agences, sur appel d'offres, pour rechercher des partenariats sur les opérations les plus lourdes: CapitalEvents pour le voyage de 2000jeunes, Vocatif pour l'exposition sur la beauté, WM pour le déjeuner républicain, ADL Conseil pour la Méridienne verte, Spero Communication pour Périphérock. Beaucoup d'autres partenariats sont en cours de négociation ou sur le point d'être signés. Les événements prévus pourront-ils avoir lieu sans le concours des entreprises? J.-J.A. La faisabilité des projets n'est en aucune manière assujettie à la présence ou non de financement privé. L'argent des entreprises nous permet de faire mieux, de donner plus d'ampleur aux événements ou encore d'investir une partie de notre budget sur d'autres opérations. Tous les porteurs de projets ont fait deux épures: l'une raisonnable, dans le cas où le partenariat serait modeste, l'autre plus substantielle, dans l'hypothèse où les partenaires seraient nombreux. N'avez-vous pas pris de retard par rapport au calendrier des manifestations prévues? J.-J.A. L'intérêt pour l'an 2000 est relativement récent. Jusqu'à l'été dernier, la force de l'événement de la Coupe du monde de football a totalement occulté la perspective de l'an 2000. Aujourd'hui, il est vrai que la guerre en Yougoslavie n'incite pas à des initiatives débordantes. Elle impose de la décence. La célébration de l'an 2000 n'est pas seulement un moment de fête, elle invite aussi l'ensemble de la société française à faire le bilan du temps écoulé et à réfléchir aux perspectives d'avenir. Si l'on cherche aujourd'hui à associer de nombreuses entreprises aux événements, c'est aussi pour amplifier l'invitation que nous faisons à tous nos concitoyens de mesurer les enjeux de l'an 2000 et de réfléchir aux questions que soulève le 3e millénaire. L'entreprise est un terrain très propice au débat. Prévoyez-vous une campagne de communication pour mobiliser les Français autour des festivités? J.-J.A. Nous travaillons sur plusieurs campagnes utilisant de nombreux médias, presse, affichage, radio et télévision. La première sera sur le thème La France prépare l'an 2000. Elle pourrait intervenir en juin ou, au plus tard, à l'automne. La seconde annoncera la manifestation nationale du 31décembre 1999 sur les portes de l'an 2000. L'année prochaine, nous prévoyons une campagne de présentation des festivités du printemps et de l'été. Enfin, une dernière action publicitaire sera lancée dans le but d'inciter les Français à rejoindre la Méridienne verte, le 14juillet, pour un déjeuner républicain. Des campagnes de moindre importance sont également prévues, notamment à l'automne 1999 où nous souhaitons mettre en avant l'opération Fraternité 2000, développée avec le ministère de l'Emploi et de la Solidarité. Nous ne savons pas encore qui signera ces campagnes. De quel budget disposez-vous? J.-J.A. Nous fonctionnerons, là encore, par partenariat, soit avec des entreprises finançant l'achat d'espace publicitaire, soit avec des médias nous offrant ce même espace. Avenir, Dauphin, Giraudy ou encore Metrobus nous apportent leur concours. Un partenariat est en cours de négociation avec TF1 et France Télévision. Il devrait nous permettre de disposer de 50millions de francs d'espace gratuit de juillet 1999 à juillet 2000. Enfin,Télérama, Le Figaroet Radio France feront la promotion des conférences de l'Université de tous les savoirs. Avez-vous déjà signé avec des partenaires médias? J.-J.A. Sur chacun de nos événements, nous avons un ou deux partenaires médias. Pour les différents forums que nous organisons en régions, par exemple, nous associons systématiquement un titre de la presse nationale et un titre de la presse quotidienne régionale. Pour sensibiliser les jeunes aux voyages de l'an 2000, nous nous sommes également appuyés sur la PQR et sur France3 Régions. Sur les quelque 600000citoyens de 20ans concernés par l'opération, la campagne aura permis de recueillir 25000réponses, ce qui démontre l'efficacité de ces supports.Le Figaro,NRJ et France Télévision sont également partenaires de la manifestation. Pour la soirée du 31décembre 1999, nous avons réussi à asseoir à la même table TF1, France2 et France3. Les trois chaînes auront un droit d'accès égal à l'image. Allez-vous communiquer auprès des professionnels du tourisme? J.-J.A. Nous avons conçu un plan de promotion des festivités en liaison avec le ministère du Tourisme et Maison de la France. Il existe une concurrence internationale forte sur le tourisme en l'an 2000 avec l'Exposition universelle de Hanovre, l'ouverture du Dôme de Greenwich et le jubilé à Rome. À l'international, nous participons à la plupart des opérations de promotion organisées par Maison de la France. Nous avons un stand dans les grands salons professionnels du monde entier, nous distribuons des brochures et organisons des ateliers avec les tour-opérateurs. Nous démontrons que la France est une destination plus attractive que jamais, grâce à ces festivités s'étalant, dans différents lieux, tout au long de l'année. Nous devrions ainsi amplifier, ou du moins, maintenir le haut niveau de fréquentation touristique du pays en l'an 2000. Nous espérons réaliser entre 70 et 75millions d'entrées sur l'ensemble du programme. À 80millions, ce sera un véritable triomphe.

Envoyer par mail un article

L'an 2000 doit mobiliser tous les Français

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.