Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

un média hors-médias

13/02/1998

C'est le monde à l'envers. Taxer la presse gratuite pour aider la presse d'intérêt général paraît étonnant. C'est pourtant la décision, soutenue par le député Jean-Marie Le Guen, qui a été adoptée en fin d'année dernière par le Parlement. Déjà soumis, comme l'ensemble de la presse, au régime des lois Evin et Sapin, les gratuits sont pris entre deux feux et se retrouvent dans une situation assez paradoxale de médias dont les activités sont considérées comme hors-médias. «C'est un très mauvais coup porté à notre profession et, surtout, une véritable distorsion de concurrence», s'insurge Olivier Berbinau, qui attend la publication des décrets d'application pour connaître les conséquences exactes de cette décision. Pour l'instant, l'heure est à l'incertitude et à l'interrogation. Comment cette taxe sera-t-elle perçue? Que va-t-elle rapporter réellement à la presse d'intérêt général? 100, 150, 200millions de francs? À Bercy, on se garde bien de répondre, mais l'embarras est réel. «Personne ne sait réellement comment les choses se passeront», reconnaît un membre du cabinet de Dominique Strauss-Kahn, en renvoyant ses interlocuteurs vers Matignon. Les annonceurs, eux-mêmes, sont dans l'expectative: certains réagissent en négociant les augmentations de tarifs imposées par les éditeurs de journaux gratuits. Quant à ces derniers, ils réfléchissent à une action à Bruxelles et s'apprêtent à reprendre l'idée, lancée en novembre dernier, de création d'un agrément pour la presse gratuite. Ils se préparent également à un nouveau combat contre la future taxe écologique sur les produits papier distribués dans les boîtes aux lettres. D.F.

Envoyer par mail un article

un média hors-médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.