Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les décideurs jugent Internet

11/06/1999

Qui sont les décideurs d'Internet en entreprises? Quelles sont leurs attentes? Comment choisissent-ils leurs prestataires? Autant de questions auxquelles Médiangles tente de répondre, dans une étude commandée par Comunica et Stratégies.

Les décideurs jugent Internet

Avec cette étude de Médiangles baptisée «Les décideurs de l'Internet d'entreprise», le Festival Comunica etStratégiesse proposent de mesurer l'évolution de la création de sites Web et d'Intranet, tant sur le plan quantitatif (nombre d'entreprises concernées, marché des prestataires) que qualitatif (attitudes des décideurs). L'ambition de ce baromètre annuel est de rendre compte de la pénétration de ces nouveaux supports dans les entreprises de plus de cinquante salariés et, au-delà, de pointer les attentes des responsables Internet en regard de l'offre des prestataires. Le croisement des deux approches est d'ailleurs très riche d'enseignement. Qui sont ces fameux décideurs? Selon les résultats de l'étude, c'est la direction informatique qui est la plus impliquée. Elle est très présente dans la gestion de l'Intranet et du Web. Dans près d'un cas sur deux, elle prend la responsabilité du site, à égalité avec l'ensemble des services communication, marketing et commercial. S'articulant autour du réseau informatique de l'entreprise, l'Intranet se trouve tout naturellement rattaché au département informatique, même si ses services et son contenu sont souvent répartis par service ou activité. Pour le site Web, le service informatique s'impose particulièrement dans les sociétés qui comptent de 50 à 99salariés (56%, contre 42% en moyenne) et dans celles dont l'activité évolue dans le BtoB. Le service communication est, de son côté, davantage impliqué dans les entreprises de plus de 1000salariés (38%, contre 25% en moyenne) et dans celles qui s'adressent en priorité au grand public.

La direction informatique en pointe

Les décideurs utilisent leur Intranet avant tout comme un instrument d'information institutionnelle sur lequel ils développent très majoritairement l'actualité de l'entreprise (86%) et reproduisent les communiqués de presse (51%). Sur le Web également, l'essentiel du contenu (92%) est composé d'informations corporate (rapport annuel, communiqués de presse, etc...) et commerciales (catalogue de produits, tarifs, etc.). L'Intranet leur permet de fluidifier les circuits d'information et de donner une image de modernité à l'entreprise. Quant au site Web, il développe leur image et leur notoriété. Louis Rougier, directeur général de Médiangles, souligne que les publics visés par un site Web sont, sur le plan géographique, à égalité entre la France et l'international. Les entreprises, qui ont majoritairement un site en anglais, ont parfaitement compris l'avantage d'Internet, qui autorise une conquête des marchés internationaux. En ce qui concerne l'Intranet, la notion d'échange se développe avec l'émergence des forums (38%), tandis que la présence d'informations sur le recrutement est encore marginale (24%), tout comme celle du commerce électronique sur le Web. La mise à jour est beaucoup plus régulière sur les Intranet, considérés comme des outils de communication opérationnels, que sur le site Web. Il faut en moyenne trois personnes et demie pour exploiter l'Intranet et deux pour un site Internet. Quant au budget alloué, plus des deux tiers des entreprises interrogées préfèrent ne pas répondre à cette question, sans doute par confidentialité, voire par ignorance. Ceux qui s'expriment évaluent leur budget externe à moins de 100000francs pour un Intranet et à 110000francs pour la création d'un site Web. Les dépenses de fonctionnement seraient de moins de 100000francs. Quant aux économies que ces sites permettraient de réaliser, les réponses des entreprises laissent perplexe et donnent le sentiment que ces dernières naviguent à vue: si 55% des décideurs pensent avoir réalisé des économies grâce à leur Intranet, notamment en matière de documentation, 30% n'en savent rien. Pour le Web, seuls 25% pensent faire des économies quand près de la majorité (46%) affirment le contraire et 29% ne savent pas répondre! Même incertitude pour ce qui est du retour sur investissement: 48% ignorent s'ils l'ont atteint et, parmi les 40% qui affirment qu'il n'est pas assuré, plus des deux tiers ne savent pas quand la rentabilité sera au rendez-vous.

Dispersion du marché

L'un des grands enseignements de cette étude concerne le marché des prestataires, encore totalement atomisé.«Les citations spontanées de noms de sociétés sont extrêmement dispersées,souligne Louis Rougier. Aucune société de conception d'Intranet ou de sites Web ne bénéficie d'une notoriété significative. Le marché est dans une phase de développement et son niveau de maturité laisse encore aux intéressés une grande liberté d'action.»Cette absence de leader est sans doute due au fait que la conception de sites concerne aujourd'hui un univers au carrefour de métiers différents: hébergement, production audiovisuelle, SSII, agence de communication. Selon l'étude, seuls 31% des prestataires sont spécialisés dans la conception multimédia. Pour le profil des prestataires recherchés par les entreprises, deux philosophies s'affrontent. Certains préfèrent faire appel à une société indépendante spécialisée en multimédia (41% des Intranet et 48% des sites Web), d'autres privilégient le rattachement à des groupes. Ainsi, 60% des entreprises interrogées font plutôt confiance, concernant leur Intranet, à une société rattachée à une SSII, un groupe de communication ou un constructeur informatique. Pour leur Web, les groupes de communication (29%) ont leur faveur, avant les SSII (12%) et les constructeurs informatiques (11%).

Créativité ou stratégie?

Évidemment, tout dépend du service qui a la responsabilité du site Web. La direction générale privilégiera les sociétés indépendantes (70%, contre 48% en moyenne) alors que la direction de la communication optera plus volontiers pour les agences filiales de groupes de communication (42%, contre 29% en moyenne) et le service informatique se tournera plus facilement vers des SSII (19%, contre 12% en moyenne). En outre, les commanditaires n'utilisent pas le même prestataire pour leur site Intranet et Web, alors que les sociétés multimédia réalisent indifféremment les deux types de sites. Ce qui est sans doute le plus instructif dans cette étude concerne le hiatus entre les décideurs et les prestataires sur les qualités principales demandées pour la réalisation d'un Intranet ou d'un site. Quand les décideurs sont sensibles à la créativité et à la capacité à prendre en compte les spécificités de leur entreprise, les prestataires soulignent, eux, l'importance de la réflexion sur la stratégie de communication. Les premiers attendent évidemment ce que par principe ils ne maîtrisent pas: la création. Quant aux prestataires multimédia, ils doivent faire leurs preuves dans un marché atomisé et donc très concurrentiel, et la réflexion stratégique leur permet de se positionner, voire de justifier leurs honoraires! En moyenne, les prix pour la création initiale d'un site Intranet ou Web se situent autour de 260000francs. Les entreprises et les prestataires se retrouvent néanmoins sur les prestations prioritaires à fournir, au-delà de la conception du site Web: suivi de contenu et référencement. Sans être (encore?) indispensables, une offre de localisation, des campagnes de promotion du site et des enquêtes de satisfaction sont appréciées. La richesse des interventions explique pourquoi les sociétés prédisent, à terme, une spécialisation de leur activité. Elle sera sans doute nécessaire pour satisfaire au mieux les attentes des décideurs.

Envoyer par mail un article

Les décideurs jugent Internet

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.