Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Une maison de passe

18/06/1999

Alain Bernard, le patron de La Pac, ne peut se résoudre à choisir parmi les 70productions de 1998. Pour lui, la plus grande réussite, c'est«d'être encore là, dans ce marché attaqué et piétiné, après 27ans d'existence».Pourtant, Evian semble être le fleuron du millésime 1998.«Oui, sans conteste, mais pas uniquement...», insiste Alain Bernard.«Notre chance, c'est notre écurie de réalisateurs».Parmi les tenors, on trouve, outre Jean-Pierre Roux, Michael Haussmann (Peugeot), Bertrand Blier (Yop), Alain Cornaud (Française des Jeux) ou encore Patrice Leconte. L'autre fierté d'Alain Bernard, c'est la réussite de «ses» juniors: Jean-Baptiste Leonetti (Renault et Playstation, présenté à Cannes), Frank Vroegop (Manix) et Olivier Dahan (Dior). La liste serait incomplète si on oubliait les «entre-deux», mi-juniors mi-seniors, dont font partie Didier Kerbrat (Yoplait, Lancôme, Cartier et un futur Badoit), Frédéric Potier (Cetelem et Ushuaïa) ou Christian Lyngbye (Nomad). Depuis peu, La Pac occupe une ancienne maison de passe, rue de Monceau à Paris,«ce qui nous rapproche du métier que l'on fait».La Pac annonce un chiffre d'affaires supérieur à 150millions de francs, sans plus de précisions :«Un bordel ne donne pas le nombre de ses passes!».

Envoyer par mail un article

Une maison de passe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.