Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Médias

Affichage-radio, un duo branché

10/09/1999

Radio et affichage font souvent bon ménage. Clear Channel, propriétaire de More Group et Dauphin, est également, outre-Atlantique, un géant de l'audiovisuel. Créé en 1972, le groupe américain est à la tête de plus de 600stations de radio et de 20télévisions. En juin dernier, lors du rachat de Dauphin, Roger Parry, chief executive officer de Clear Channel International, a clairement laissé entendre que son groupe s'intéressait également aux radios françaises.«Nous avions étudié le dossier du rachat de Skyrock,déclarait-il à l'époque.Il est tout à fait pensable que nous prenions des participations dans plusieurs radios, car il nous est légalement impossible de racheter.»Une stratégie partagée par d'autres opérateurs. Aux États-Unis, l'ensemble de radios Infinity Broadcasting, filiale du groupe CBS, a racheté à la fin du mois de mai dernier, pour un total de 6,5milliards de dollars (41milliards de francs) en actions, le groupe d'affichage Outdoor Systems. Son objectif: offrir un package publicitaire comprenant de la télévision, de la radio et de la publicité extérieure. Cette démarche est également suivie en France. Après avoir acquis Giraudy, à travers Morgan Grenfell, la Deutsche Bank a sorti à nouveau son carnet de chèques pour reprendre Skyrock. Le nouveau groupe, Gémima Finance, comporte deux branches: d'un côté l'affichage avec Giraudy, de l'autre la radio avec Skyrock. Une activité appelée, selon certains, à se développer. Même Jean-Claude Decaux, maintenant propriétaire d'Avenir, avait, il y a quelque temps, été candidat au rachat de RMC.

Une alliance de raison

L'intérêt d'un tel couplage, pour ces grandes entreprises, peut devenir réel grâce à la complémentarité publicitaire des deux médias. C'était l'argument avancé par Europe Régies qui, jusqu'à la fin de l'année dernière, proposait un produit commercial couplant les espaces sur les stations du groupe Europe1 (Europe1, Europe 2 et RFM) et Giraudy, à l'époque également dans le giron du groupe Lagardère. La régie présentait les deux médias comme étant les derniers à exposer un message avant l'achat dans une grande surface. Aussi alléchante qu'ait pu paraître cette offre, proposée également par IP dans un partenariat avec Avenir, les annonceurs ne se bousculaient pas. Le chiffre d'affaires net réalisé pour cette opération ne se serait alors élevé pour Europe Régies qu'à une trentaine de millions de francs dont 60% allaient dans les caisses de l'afficheur. Mais le mariage entre radio et affichage pourrait bien être aussi une alliance de raison.«Ce sont deux marchés financiers cycliques et complémentaires,évoque un patron de radio française.Quand l'un est en baisse, le second est à la hausse. Cela permet de compenser.»Néanmoins, si les médias français attisent les convoitises des investisseurs étrangers, tout n'est pas réalisable. L'affichage était le seul grand média dans lequel, en France, ces derniers pouvaient largement intervenir sans en référer à un organisme de régulation, à l'inverse de la radio dont les mouvements de capitaux sont surveillés par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Envoyer par mail un article

Affichage-radio, un duo branché

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.