Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Dans le plus grand kiosque de France

17/09/1999

Tous les ans, le kiosque de l'avenue de Wagram, à Paris, vend l'équivalent de plus de cent tonnes de papier. Ouvert 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, le point de vente de Claude Giraudon est aussi un lieu de vie.

C'est la caverne d'Ali Baba. Ici, journaux, revues et magazines sont entassés dans tous les coins; ça déborde de partout. Nous sommes dans le plus gros kiosque de France, sur la place de l'Etoile, en haut de l'avenue de Wagram, à Paris. Son propriétaire, Claude Giraudon, ne peut pas donner avec précision le nombre de titres dont il dispose.«Entre 2 800 et 3 200, estime-t-il en mâchonnant une cigarette éteinte.Cela représente 350 000 francs de marchandise.»Dix fois plus qu'un point de presse moyen. Tous les jours, plus de six cents quotidiens sont distribués, trois cents kilos de papier sont vendus. L'échoppe possède l'électricité, le téléphone, un climatiseur pour les chaleurs estivales, un radiateur pour l'hiver, et génère un chiffre d'affaires annuel de 6 millions de francs. Une petite entreprise à la barre de laquelle se relaient, jour et nuit, six employés.«Le plus gros de France ? Oui, sans doute, je pèse 97 kilos», plaisante Claude Giraudon. Derrière sa caisse, le maître des lieux, un ancien boulanger de 58 ans, est fier d'annoncer plus de trente-cinq ans de service dans le métier.«Mais ce n'est plus comme avant, déplore-t-il.Maintenant, il y a la télévision, et les papiers ne se vendent plus. Je me souviens de la mort du général de Gaulle. J'ai vendu 1 500 exemplaires de France-Soir en une journée.»Dans son kiosque, toute la planète a rendez-vous. Les grands journaux européens, arabes, américains et même japonais y ont leur place.«Je ne sais pas lire leurs titres, mais je les reconnais très bien, poursuit-il.La presse étrangère compte pour 10 à 15% des ventes. C'est important pour un étranger de retrouver ses titres nationaux.»Ici, la journée commence dès potron-minet.«Je vais chercher les journaux au dépôt,indique Claude Giraudon. Cela me permet de les avoir plus tôt.»Il est cinq heures du matin et le break du patron sillonne un Paris qui s'éveille. Une fois sur place, la petite équipe du kiosque dispose de moins de deux heures pour préparer les dizaines de colis destinés aux clients.«Nous livrons de nombreux hôtels, tel le Crillon ou le Georges V, mais aussi, par exemple, l'ambassade des Etats-Unis et la délégation du Japon, explique t-il.Chacun a sa commande particulière.»Dans le même temps, Christian, qui boucle sa nuit (il a commencé à une heure du matin), termine la mise en place dans le kiosque. Les quotidiens se trouvent à droite en entrant, dans un ordre convenu et connu des habitués. SeulL'Equipese situe à part, devant la caisse.«Pour les clients qui ne prennent que ce journal», indique-t-il.

Un client toutes les trente secondes

Dès 7 h, les premiers acheteurs envahissent les lieux. Des fidèles, comme Alain, pompier au théâtre de l'Empire voisin. Les plaisanteries fusent sur le ton de la complicité.«J'ai connu les grands-parents, les parents de certains clients, et maintenant je vends à leurs enfant», sourit le patron. La journée va ainsi suivre son train habituel, rythmée par les livraisons ; environ un client toutes les trente secondes et plus de quatre cents demandes de renseignements ! Avec le soir, la clientèle change. Entre 18 h et 5 h, le kiosque réalise 60% de ses ventes. Vers 20 h, on s'intéresse un peu plus à la presse de charme.«Ce rayon, il faut toujours le laisser en fouillis et ne jamais brusquer les clients, confie Claude Giraudon.Certains hésitent, partent et reviennent. Surtout lors des changements de lune, où cette presse est plus demandée.» Derrière le kiosque, l'Arc de Triomphe s'illumine. La nuit promet d'être longue, avec ses clients célèbres (« On a vu Sophie Marceau, Robert Hossein...»), et tous les autres. Demain sera une nouvelle journée.

Envoyer par mail un article

Dans le plus grand kiosque de France

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.