Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Comment Maurice Lévy gère son temps

03/12/1999

Il n'a pas de montre mais n'est jamais en retard, il court toujours après le temps et vous rappelle pourtant dans la seconde. Mais quelle est donc la recette de Maurice Lévy ?

Je fais partie de ceux qui disent que tout travail qui peut être fait la veille peut aussi être fait l'avant-veille. »Avec Maurice Lévy, le ton est donné. Particularité : le président du directoire de Publicis ne porte pas de montre au poignet. Il ne supporte pas.« J'ai bien une montre de gousset ancienne que j'utilise de temps en temps,admet-il,mais elle n'est jamais à l'heure, elle n'a qu'une fonction décorative. »Cela ne l'empêche pas d'avoir« un sens aigu de l'heure et du temps qui passe »et d'être toujours ponctuel.« À cinq ou dix minutes près, je sais toujours l'heure qu'il est », reconnaît-il. Passé maître dans l'art de l'organisation, il nous livre ici ses précieuses recettes pour gérer son emploi du temps. La première, et il n'y a pas de miracle, c'est qu'il travaille énormément.« Son espace-temps est différent du nôtre », note l'une de ses collaboratrices. Chaque jour, hormis le dimanche, Maurice Lévy, qui habite rive gauche, arrive au 133, avenue des Champs-Élysées aux aurores, bien souvent vers 7heures.« L'une de ses plaisanteries favorites, quand on a une réunion vers 9heures, c'est de commencer en disant "en ce milieu de matinée" », raconte-t-on à l'agence. Lui-même reconnaît qu'« un petit déjeuner à 8h30, ça coupe la matinée ».Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt... et se couchent tard.« Le soir, s'il a un dîner, il part en courant vers 20h30, sinon il peut très bien rester au bureau jusqu'à 22heures », note une proche.« Tout dépend si je dois avoir des conversations avec les États-Unis », confirme le président, qui jongle avec les fuseaux horaires. En outre, ce publicitaire doublé d'un lobbyiste n'aime pas la campagne, et ça tombe bien.« Je ne pars pas en week-end le vendredi après-midi,explique-t-il.Le samedi matin, je suis systématiquement à l'agence. C'est bien, on n'est pas dérangé par le téléphone. »Il n'est pas rare non plus que des réunions aient lieu le samedi matin. Ses collaborateurs ont dû s'y plier.« Je n'ai jamais vu quelqu'un qui travaille autant », s'étonnait récemment Yves Gougoux, le Québécois débarqué l'an dernier à la tête de Publicis Conseil, qui n'a pourtant pas la réputation d'un dilettante. La journée type de Maurice Lévy?« Je me lève, je travaille, je mange, je dors. »Le matin, il commence par régler beaucoup de choses très vite, par téléphone. Il répond au courrier et aux e-mails de manière tout aussi expresse. En effet, il a horreur de voir des dossiers s'empiler sur son bureau et la liste de personnes à rappeler s'allonger.«Je n'ai pas besoin de fioritures », dit-il.« La forme, il s'en fiche, ce qui compte, c'est l'efficacité,apprécie-t-on chez Publicis.On peut très bien lui griffonner un message sur un morceau de papier ou lui envoyer un mail. Dès le lendemain, on a la réponse à notre question. »

S'affranchir du temps

Pour réussir ce tour de force, Maurice Lévy n'a pas suivi de stages de gestion du temps. La question, d'ailleurs, provoque chez lui un grand éclat de rire. Sa méthode ?« Ça s'appelle de l'organisation », sourit-il, ajoutant :« Il y a des choses très importantes à faire mais qui ne sont pas nécessairement urgentes. Il y en a d'autres qui ne sont pas très importantes mais très urgentes. En fait, je commence par celles qui sont très importantes. Mon ordre de priorité est inverse à celui du temps. Il faut savoir s'en affranchir pour s'en faire un allié. »Maurice Lévy dispose de deux fidèles assistantes. L'une, Denise Raoul, est à son service depuis 1981. L'autre, Frances Shiner, une Anglaise, travaille pour lui depuis dix ans.« On est deux mais on pourrait tout aussi bien être trois », confie l'une d'elles. Ces deux secrétaires de choc sont incontournables.« Il est très rare que je prenne moi-même un rendez-vous,indique leur patron.Ce sont elles qui gèrent, de manière très précise, mon agenda. »Si l'on ajoute à cet emploi du temps déjà surchargé les nombreux déplacements qu'il est amené à effectuer, on pourrait croire que Maurice Lévy a renoncé à toute activité extra-professionnelle. Que nenni. Certes, il a dit adieu à la sieste de l'après-midi, aux séances matinales de cinéma et aux promenades qu'il affectionnait, le mardi après-midi, au jardin du Luxembourg.« C'est vrai, j'ai renoncé à l'oisiveté,admet-il,mais pas aux spectacles, aux expositions, aux galeries, aux antiquaires, pas non plus à marcher dans Paris, à battre la semelle sur les trottoirs, à ma vie, quoi. »Et surtout pas non plus à sa famille. Ce père de trois enfants arrive à se ménager du temps libre pour se consacrer aux siens. N'allez pas, dans ces conditions, lui parler des 35heures.« J'ai déjà du mal à les faire dans une journée,plaisante-t-il.En fait, je n'y suis pas du tout favorable, c'est un peu comme si on voulait que tout le monde chausse du 43 alors que certains, comme moi, font du 45 et demi et d'autres du 39. »

Envoyer par mail un article

Comment Maurice Lévy gère son temps

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies