Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

«Vanity Fair a créé sa propre catégorie»

28/08/2008 - par Entretien : D.L.G.

L’éditeur Condé Nast est le spécialiste de l’internationalisation de concepts. Xavier Romatet, PDG de la filiale française, évoque ses projets.

Après le lancement de GQ en février dernier, on attend que Condé Nast lance l'un de ses fleurons, Vanity Fair, sur le marché français. Où en êtes-vous?

Xavier Romatet.La question de Vanity Fair est celle que l'on me pose le plus souvent. D'autant que le titre existe en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, et va paraître en septembre en Espagne. C'est certes une marque mythique, avec une aura très forte, mais elle est difficile à positionner tant elle a créé sa propre catégorie : le titre est un peu féminin, un peu people, un peu politique, un peu news, etc. Il nous faut trouver quel ressort activer sur le marché français.

 

Le titre est également connu pour ses articles d'investigation…

X.R. C'est juste, mais la version américaine aborde des sujets que l'on ne pourrait pas traiter en France, notamment d'un point de vue juridique. Aux Etats-Unis, les journalistes sont moins dépendants des pouvoirs politiques et économiques. De plus, il faut trouver un modèle économique qui permette aux journalistes de se consacrer à un sujet pendant plusieurs mois.

 

Quels autres titres de Condé Nast ont suscité des attentes en France ?

X.R. Deux titres culinaires marchent très bien aux États-Unis, Gourmet et Bon Appétit. Mais le marché de la presse gastronomique est déjà encombré en France. Quant à Condé Nast Traveller, qui existe aux États-Unis, en Espagne et en Grande-Bretagne, il n'a jamais été lancé chez nous pour une simple raison : la France est un pays de destination, mais pas de grands voyageurs. Condé Nast Traveller n'a donc sans doute pas sa place sur le marché français. Tous les concepts ne sont pas adaptables.

Envoyer par mail un article

«Vanity Fair a créé sa propre catégorie»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.