MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Plan de la rubrique Tendances
Votre Flux Rss Stratégies Tendances
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

Le tatouage, les marques l'ont dans la peau

Publicité

07/03/2016 -

Égéries tatouées, packagings inspirés de ses motifs, publicités surfant sur cet univers… À l’heure où s’ouvre le Mondial du tatouage, les marques jouent beaucoup sur ce ressort, qui n'est plus du tout l'apanage des «bad boys».

La peau de Johnny Depp est la vedette du spot pour Eau sauvage de Christian Dior

Cara Delavingne exhibe son petit lion pour Tag Heuer

Deejo personnalise ses couteaux en les «tatouant» selon les choix des acheteurs

Peugeot anime un dragon tatoué pour célébrer la puissance de sa 208

8.6 surfe sur la tendance pour monter en gamme

La Tattoo box permet d'offrir des tatouages à ses proches dans l'un des 130 studios partenaires

Le tatouage est de sortie: les avant-bras tatoués de Johnny Depp dans la dernière publicité pour Eau Sauvage de Christian Dior, la petite tête de lion sur l’index du top-model Cara Delevingne pour la marque de luxe Tag Heuer, le dragon sur un avant-bras qui s’anime dans le spot de la Peugeot 208… À l’heure où s’ouvre le Mondial du tatouage, pour trois jours du 4 au 6 mars à la Halle de la Villette à Paris, le tatouage est bel et bien un phénomène de mode. De quoi agacer l’internationale des bad boys, anciens membres de gangs ou hard-rockers pour qui ce marquage de la peau prouvait l’appartenance à un club très fermé: celui des durs à cuire, avec gros bras et muscles saillants. «Fini le côté sulfureux! Désormais l’univers du tatouage est par exemple beaucoup utilisé dans le parfum, illustre Pascale Caussat, journaliste indépendante spécialisée dans le luxe. Qu’il s’agisse du packaging ou de mettre en avant des égéries tatouées.» Tatouage viendrait du mot tahitien «tatau», qui est formé de deux termes: «ta» (frapper, heurter) et «atoua» (esprit). Pourquoi les publicitaires invoquent-ils donc aujourd’hui les esprits du tatouage?

«Avant, le tatouage était un acte de rébellion, de revendication, aujourd’hui c’est avant tout une forme d’affirmation de soi et de sa personnalité», juge Vincent Colonna-Cesari, planneur stratégique chez BETC. Comme le souligne d’ailleurs l’étude «Prosumer» d’Havas. Quand la marque de bière 8.6 du groupe Bavaria surfe sur cette tendance, avec sa campagne «démesurément tatoo» (cannettes tatouées, présence au salon du tatouage, soirées événementielles dans des salons avec possibilité de se faire tatouer gratuitement…), il s’agit d’opérer progressivement une montée en gamme. «Le tatouage fait partie de la culture rock, particulièrement en vogue depuis quelques années, avec le retour du cuir, des groupes de rock, des objets cultes des années 1970», précise Matthieu Ribeyron, le directeur marketing de Bavaria (8.6). Lors des soirées «démesurément tatoo», le public présent a plutôt un profil de «jeunes bobos».

Chair étendue

Aujourd’hui, utiliser le registre du tatouage, c’est s’adresser à une cible importante: un Français sur dix déclare être tatoué, et chez les 25-34 ans, la proportion monte à une personne sur cinq. Pas négligeable. Au point qu’en Italie le tatouage vient de faire son entrée dans le nouveau panier de la ménagère, parmi 1500 produits de la vie quotidienne, qui servent à établir l’indice des prix. Le tatouage est devenu «mainstream». Une entreprise vient ainsi de lancer des box spécialisées: «Nous avons créé il y a quatre mois la Tattoo box, pour offrir des tatouages à ses proches», dit Basile George, fondateur de Tattoo Me. Le site a déjà 130 studios partenaires et aide les internautes à trouver leurs motifs. «Aujourd’hui, les clientes de parfumerie ou du luxe sont soit tatouées elles-mêmes, soit rêvent de le faire», poursuit Pascale Caussat.  
Selon Nicolas Chemla, consultant indépendant et auteur de Luxifer (éditions Séguier, 2014), cet engouement reflète plusieurs tendances de fond. «Première d’entre elles: le corps est réinvesti comme l'œuvre de chacun, à la fois expression de soi et exploration des sens et des plaisirs, se construire à l'image du fantasme. Et puis c’est aussi la chair qui reprend le dessus à l’ère du digital, en même temps qu’une forme de digitalisation de la chair.» Une analyse confortée par Vincent Colonna-Cesari de BETC: «C’est une expression profonde de ce que l’on est, même si la peau n’est qu’un écran.»

Carpe diem

La marque de couteaux Deejo de son côté, permet de personnaliser ses produits avec des motifs dans l’esprit des tatouages «Un moyen d’individualiser son couteau, de montrer que l’on est différent, que notre couteau nous ressemble», poursuit le planneur de BETC. Comme une extension de nous-même, mais qui reste à notre image.  

Par ailleurs le tatouage joue sur un autre registre: le dépassement de soi. Avant de se faire tatouer, de franchir le pas il y a de l’appréhension face à la douleur, à la transgression de transformer son corps. Un sujet porteur pour les publicitaires: se faire tatouer, c’est libérer le dragon qui sommeille en nous, comme dans la publicité de la Peugeot 208.


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants