Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télé-nostalgie

17/12/2009 - par Anne-Lise Carlo

Les années 80 reviennent en force sur le petit écran. Les programmateurs veulent replonger le public déprimé par la crise dans les «années bonheur».

Un samedi soir de novembre sur France 2, Patrick Sébastien reçoit Jean-Pierre Mader et son célèbre Macumba dans Les Années bonheur. Un vendredi soir de décembre sur TF1, Patrick Hernandez entonne son «tubissime» Born To Be Alive dans Le Grand Duel des générations. Vite, réfugions-nous sur la TNT ! Hélas, la folie des années 80 l'a aussi touchée: sur Gulli, Philippe Risoli présente L'École des fans un samedi sur deux. «J'ai fait du poney mais j'ai arrêté parce que ma maman, elle pouvait plus payer», lance une fillette qui ressemble comme une sœur à celle d'il y a douze ans… Le petit écran serait-il devenu fou? Par quelle hertzienne magie nous ressert-il des programmes d'antan?

Mais non, tournez manège et surtout roulez jeunesse, nous sommes bien en 2009! La télévision a juste été prise d'un fort accès de fièvre nostalgique, dont le pic – on l'espère – aurait été atteint cette année. À qui la faute? "Pas à mon père, pas à ma mère",chantait Maxime Le Forestier en 1972. En 2009, un homme peut plaider coupable: Olivier Kaefer. En quelques années, ce producteur est devenu l'incontournable des «années tubes» du PAF. En 2006, avec sa RFM Party 80, il a l'idée de faire remonter sur scène les anciennes vedettes de la chanson. Le concept: une «compilation vivante» des idoles de ces années-là.

«Au début, il s'agissait de combler les trous de la tournée de Pascal Obispo», se souvient Olivier Kaefer. Aujourd'hui, la tournée 2009 remplit les Zénith de France, avec chaque soir un public de 17 à 47 ans qui acclame Jean-Pierre Mader (encore !), Desireless ou Jean-Luc Lahaye. Un succès de scène qui se poursuit à la télévision: le producteur fournit désormais l'essentiel des stars invitées des plateaux nostalgiques.

Phase de recyclage

Autre fautive toute désignée: la crise. Le contexte économique aurait donné des envies de détente aux téléspectateurs. «Dans une époque troublée, ces programmes ont un effet cocon», explique Fabrice Bailly, directeur adjoint des programmes de TF1. Ah, le fameux «C'était mieux avant»... Les jeux sont là pour le prouver: La Roue de la fortune, Une famille en or, Tournez manège ou encore Le Juste Prix sont de retour. Des marques fortes qui ont très bien fonctionné en leur temps et sur lesquelles TF1 entend bien capitaliser à nouveau. «Il n'y a pas 10000 formats qui fonctionnent en télévision», souligne Estelle Boutière, consultante chez NPA Conseil. Les jeux déjà éprouvés rassurent aussi des programmateurs échaudés par les nouveaux concepts. Quitte à les adapter un peu si besoin, comme Tournez manège dont la version 2009 sur TF1 a intégré «les codes de la télé-réalité, avec le confessionnal et les rencontres entre candidats», note Estelle Boutière.

En 2010, la nostalgie sera-t-elle toujours tendance? La prochaine tournée RFM Party 80 compte déjà 70 dates. Têtes d'affiche: Jimmy Somerville et Jeanne Mas. «La télévision a atteint un certain âge, et des retours cycliques vont maintenant avoir lieu», estime Fabrice Bailly. Arrivé à maturité, le petit écran serait donc entré, lui aussi, dans sa phase de recyclage. Exactement comme le cinéma ou la mode, qui ont d'ailleurs eux aussi, ces derniers temps, baigné dans les «eighties». La prochaine tendance télé sera peut-être à guetter du côté des défilés de haute couture…

Envoyer par mail un article

Télé-nostalgie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.