Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

télévision

Les maires ont peur du noir

17/12/2009 - par Bruno Fraioli

Le basculement de l’analogique au numérique va priver de télévision plusieurs centaines de milliers de foyers. Les élus locaux jouent leur va-tout pour éviter l’écran noir et la sanction des urnes.

Notre bonne vieille télévision vit ses derniers jours. Le 2 février 2010, l'Alsace éteindra son signal analogique. Après cette date, tous les foyers de la région ne pourront recevoir la télévision en hertzien, via l'antenne râteau, que par le biais de la télévision numérique terrestre (TNT). Les 21 autres régions de France suivront progressivement le mouvement et, le 30 novembre 2011, le dernier émetteur analogique de l'Hexagone sera coupé. Un seul point noir: l'opération laissera des foyers orphelins de télé.

Outre ceux qui n'auront pu adapter leur matériel à temps, plusieurs centaines de milliers d'entre eux ne pourront plus capter les chaînes car le signal envoyé par l'émetteur sera trop faible, voire carrément absent. Sur les 3600 émetteurs actifs aujourd'hui en analogique, seuls 1626 basculeront au numérique. La perspective de «l'écran noir» guette au moins 200000 foyers, selon le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), alors que TDF, dont l'objectif commercial est d'ouvrir le maximum d'émetteurs, évoque le chiffre de 500000 à 1 million de laissés-pour-compte. Légalement, l'objectif est de couvrir 95% du territoire en numérique. Un chiffre, souligne Michel Boyon, président du CSA, identique à celui de la couverture analogique actuelle, pour le réseau de France 2 notamment.

Mais il s'agit d'une moyenne et, dans les régions rurales et montagneuses, de très nombreux foyers seront privés de télé du jour au lendemain. Et vont forcément diriger leur colère vers celui qu'ils estimeront responsable de cet état de fait: leur élu local. «La télévision est un service social et le risque politique est évident, affirme le député socialiste de l'Isère François Brottes. Les maires sont en première ligne dans cette histoire, même s'ils n'y sont pour rien. C'est le CSA qui décide de supprimer les émetteurs, en accord avec les chaînes.»

Enjeu politique

Les maires des régions rurales seront les premiers exposés. «Les chaînes vont se concentrer seulement là où c'est rentable pour elles, se plaint Vanik Berberian, président de l'association des maires ruraux de France et premier magistrat de Gargilesse-Dampierre, dans l'Indre (342 habitants). Les émetteurs non activés en analogique pourront l'être en numérique, mais aux frais des collectivités locales. Cela est profondément injuste. La notion de solidarité entre régions est bafouée.» La mise en service d'un émetteur TNT coûte environ 200000 euros, plus 10000 euros par an pour l'entretien. Un budget colossal pour de petites communes ne comptant qu'une poignée de foyers.

«L'implication des élus locaux est indispensable pour accompagner le basculement de l'analogique au numérique, explique Alain Méar, conseiller au CSA. Nous travaillons afin que les communes n'aient rien à payer. Le dialogue va s'institutionnaliser grâce à la création de commissions de transition départementales associant le préfet, le CSA, le Groupement d'intérêt public France Télé numérique et les élus locaux.» De quoi décrisper les esprits et informer clairement les maires. «La TNT touche à l'aménagement du territoire, c'est donc un enjeu politique, estime Vincent Descœur, député UMP du Cantal. Certains élus pensent qu'il y aura des inégalités de traitement et ceux des 40 départements ruraux sont sceptiques quant à la possibilité d'atteindre les niveaux de couverture annoncés. Toutefois, le risque électoral n'est plus d'actualité. Le gouvernement a prévu des mesures financières d'accompagnement pour les foyers privés de télé hertzienne.»

Ouf ! L'écran noir ne fera pas valser les mandats. «D'autant que le problème va surtout toucher les régions à faible densité, là où tout le monde se connaît et où l'on voit clairement que les élus font tout leur possible», conclut Vanik Berberian. Les élections se gagnent aussi sur la place du village.

Envoyer par mail un article

Les maires ont peur du noir

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.