MARKETING COMMUNICATION MEDIAS

Date de parution :

Plan de la rubrique Tendances
Votre Flux Rss Stratégies Tendances

La génération Y accro au luxe

23/06/2011 -

Rêve, plaisir, reconnaissance: les «digital natives» du monde entier aiment le luxe. Beaucoup, passionnément… et davantage que leurs aînés.

Les jeunes de 15 à 35 ans, dits de la génération Y ayant grandi avec l'ordinateur et Internet, raffolent du luxe. Et ce un peu partout dans le monde. C'est le double constat d'une grande étude réalisée par Ipsos, sur la base des données 2009 et 2010 de son Observatoire international des clientèles du luxe, lancé en 2007 et reconduit depuis chaque année (lire l'encadré).

Non seulement les jeunes aiment le luxe, mais ils l'aiment plus que leurs aînés, même si l'écart est plus réduit en France et au Japon. «Dans ces deux pays existe une culture du luxe plus prégnante qu'ailleurs, ce qui explique sans doute un rapport plus distant, plus raisonné, plus expert aux marques, même chez les jeunes», argumente Rémy Oudghiri, directeur du département Tendances et Prospective au sein d'Ipsos Public Affairs.

Le luxe fait rêver la génération Y. C'est particulièrement vrai en Grande-Bretagne (80% de jeunes, vs 72% pour l'ensemble de la population), en Chine (75%, vs 74%), aux États-Unis (71%, vs 67%) et en Allemagne (69%, vs 59%). Nettement moins au Brésil et en Espagne (54%).

Besoin de valorisation

Comment expliquer ce penchant affiché de la génération Y des 15-35 ans pour des marques et des produits que l'on aurait pu croire plus appréciés de leurs aînés? «Les réponses sont multiples, souligne Rémy Oudghiri. Mais elles traduisent pour beaucoup une recherche identitaire et une démarche de construction personnelle.»

Le luxe, vecteur de rêve, certes, mais pas seulement. Pour 71% des jeunes des marchés développés, pour 77% des Chinois et 60% des Brésiliens, le luxe est également envisagé comme «un pur plaisir, un moment d'émotion». Pour la génération Y, il s'agit aussi d'un passeport pour la mode, d'un point d'ancrage dans l'époque. Le luxe est même perçu comme «ce qu'il y a de plus pointu en matière d'innovation» (pour 79% des Chinois et 53% des jeunes des marchés développés).

Un peu partout, à l'exception du Japon et de l'Allemagne, la génération Y est ainsi massivement en quête d'inédit: entre 78 et 85% des personnes interrogées réclament des boutiques qu'elles leur fassent découvrir de nouveaux produits. D'où, sans doute, une association recherchée entre luxe et événementiel. Notamment chez les Chinois et les Brésiliens, qui attendent à 72% et 71% des marques de luxe qu'elles animent leurs points de vente.

À cette vertu novatrice s'ajoute une fonction sociale du luxe, souvent évoquée comme un «signe de réussite», «une façon de se distinguer» ou encore de «se sentir plus sûr de soi». Sur tous ces déterminants sociaux, on observe néanmoins de fortes disparités d'un pays à l'autre. Si 80% des jeunes Français associent le luxe à un levier de différenciation, ils ne sont que 49% des Japonais à les rejoindre sur ce terrain. Le gain de confiance, avancé par 88% des Chinois, n'est cité que par 39% des Français.

Plus unanime en revanche est le besoin de valorisation: attente d'un «service exceptionnel» de la part des marques, aspiration à se voir «traités comme des gens importants» et grand souci de l'apparence. «Pour me sentir bien, j'ai besoin d'être bien habillé» affirment entre 57% (États-Unis) et 68% (Grande-Bretagne) des jeunes.

Périmètre élargi

S'il représente le rêve, le plaisir, la reconnaissance, la séduction, le luxe exprime également pour la génération Y une histoire d'amour contrariée. Dans les marchés développés, il s'apparente pour 63% des jeunes à un monde inaccessible, 23% déclarant même «ne pas pouvoir s'offrir des produits de luxe». En Chine et au Brésil, on met en avant le caractère très occasionnel du rapport au luxe.

«Pour résoudre cette histoire d'amour contrariée avec les grandes marques du luxe, la génération Y utilise toutes les ressources d'Internet», explique Rémy Oudghiri. De loin, ce sont les Chinois qui ont le plus massivement intégré cette articulation luxe-Web: pour visiter les sites, comparer les prix, échanger avec les consommateurs, acheter (y compris sur des sites de revente d'occasions), voire louer des produits.

Quelles sont les marques phares? Dans les marchés développés, un trio de tête se forme autour de Chanel, Ferrari et Louis Vuitton. Et ce sont des griffes du monde de la mode, comme Gucci, Prada, Dolce & Gabbana et Versace qui distinguent la génération Y de ses aînés.


Page 1/2
Sur le même sujet :
«Les frontières disparaissent, les horizons sont ouverts: une très bonne nouvelle pour les marques»
Vous parlez d'un monde en pleine mutation. Est-ce vraiment nouveau?R.O. Ce qui est nouveau, c'est l'accélération du mouvement. En 2008, le choc économique a généré...
Du rêve et de la réassurance
Rêve, famille et accessibilité, voilà les trois tendances fortes qui émergent du 26e palmarès Ipsos de la publicité qui distingue chaque année les campagnes...
La génération numérique est entrée en 6e
Plus vite, plus tôt, plus fort », c'est en ces termes que Christine Bitsch, directrice du pôle médias et consommation de TNS Media Intelligence, résume les...
Rémy Oudghiri, directeur des activités liées au luxe chez Ipsos
ETUDES. Rémy Oudghiri, directeur du département tendances et prospectives d'Ipsos Marketing, se voit également confier la direction et la coordination de l'ensemble...
Les moins de 20 ans ne sont pas des extraterrestres
Les «digital natives» ont fait couler beaucoup d'encre depuis une dizaine d'années. Mais cette population, bercée par les nouvelles technologies, ne cesse de changer...
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

 
 
STRATÉGIES EN NUMÉRIQUE
 
 
YOUTUBE BRANDCAST
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 

 
 
STRATEGIES SERVICES