Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Prospective

Demain, le contrat de confiance, par Laurent Solly

20/10/2011 - par Laurent Solly, directeur général de TF1 Publicité

Comme le dit Jacques Attali, «toute prédiction est d'abord un discours sur le présent». Dans cet esprit, et sans être totalement visionnaire, nous avons d'ores et déjà quelques points d'appui pour dessiner les contours d'un futur plus ou moins éloigné.

 

Dans quarante ans, les plus jeunes de nos enfants seront en pleine maturité et ce sont eux, les «digital natives», qui seront au cœur de cette époque à multiples enjeux. Enjeu d'un monde globalisant et hyperindividualisé mais très localisé à la fois; enjeu d'une économie où l'hyperconsommation aura évolué vers une consommation responsable; enjeu d'une nouvelle polarité de l'Ouest vers les nouveaux conquérants de l'Est (Chine et Inde); enjeu d'un développement exponentiel de la technologie; enjeu d'une structure de population vieillissante qui bénéficiera à la fois de temps libre et d'une forme physique plus pérenne, d'une transition énergétique, mais aussi certainement d'autres systèmes de valeurs que ce soit au niveau individuel ou collectif, local ou planétaire.

 

Et dans ce monde nouveau, un élément demeure central, essentiel pour un groupe multimédia et digital: être en phase avec les individus, leurs besoins, leurs désirs, leur imaginaire, leurs émotions. Produire les contenus qui provoqueront leur rassemblement et leurs frissons.

 

Le téléspectateur, consommateur, citoyen sera avant tout un être mobile et toujours en relation, une constante pour aujourd'hui et plus encore demain. Ce nouvel état va s'amplifier avec les avancées technologiques à venir. La technologie a permis une nouvelle forme de liberté: connectivité permanente pour tous ou quasiment tous. Tout est accessible, tout le temps et n'importe où: liberté de communiquer avec les autres dans le basique de la conversation ordinaire «t'es où?», ou dans les échanges plus sophistiqués, les réseaux sociaux, les sites contributifs en tout genre, et aussi liberté d'accéder à tous les types d'informations, de divertissements, de savoirs. En cela l'avenir est optimiste et ouvert!

 

Les groupes multimédia et «digitaux», producteurs et diffuseurs de contenus pour le plus grand nombre, auront une grande responsabilité en tant que lieux de rencontre entre les individus, de créateurs de liens sociaux, là ou l'individualisme s'exprimera plus encore. Un rôle de rassembleur des expressions de chacun au sein d'une sorte d'agora digitale. Un lieu de rencontre par des programmes accessibles, interactifs, échangeables non pas sur une antenne ou une chaîne de télévision mais sur des plates-formes de programmes, galeries d'exposition de contenus eux-mêmes orchestrés, modulables, accessibles à la demande, payants ou gratuits.

 

À l'horizon 2050, deux éléments seront essentiels: le développement de la production de contenus et la régulation de leur diffusion sur les multiples plates-formes.

 

L'engagement sur la qualité premium et l'éventail des contenus et des marques médias sera la force première de nos entreprises. Il est indissociable d'une plus grande implication économique dans la production des contenus ou dans leur acquisition. Quant au modèle économique basé sur la publicité, il évoluera au même rythme que la technologie.

 

Le client-consommateur sera avant tout un individu que l'on connaît, que l'on fidélise, auquel on adresse des messages informatifs ou commerciaux (acceptés en amont par lui) et avec lequel l'acte d'engagement ou d'achat pourra se faire en instantané dès réception du message. Un client-consommateur à qui on pourra adresser avec son accord des messages en fonction du lieu dans lequel il se trouve, ce qui ouvre des potentialités à la fois au niveau national mais aussi au niveau local.

 

Dans ce nouvel ordre de démultiplication des possibles, un groupe multimédia devra être avant tout régulateur, modérateur d'encombrement, orchestrateur de messages tout en étant le garant du contrat d'écoute avec ses clients-publics.

 

L'efficacité sera évaluée au regard de cet engagement et de cette confiance renouvelée si le contrat qualité est rempli. Devant la sursollicitation et une offre abondante, il s'agira d'adapter, et là encore de réguler les flux, de promouvoir du service et de la valeur ajoutée, de créer de nouveaux critères de monétisation de la publicité.

 

Un grand groupe multimédia conservera donc toute la légitimité de sa marque en étant l'interface garante de qualité, de confiance, de proximité pour accéder à la fois aux programmes et à la publicité. Une mission d'information et de divertissement, orchestrée autour de marques fortes, d'écrans multiples, créant du lien social dans une société qui en aura toujours plus besoin.

Envoyer par mail un article

Demain, le contrat de confiance, par Laurent Solly

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.