Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

société

Les start-up, fers de lance de la tech for good

06/04/2019 - par Ariane Warlin

L’innovation technologique se met au service d’un monde meilleur. Dans ce mouvement de fond, les start-up jouent un rôle déterminant.

Nombreux sont les « entrepreneurs sociaux » à œuvrer en faveur d’une meilleure inclusion sociale. C’est ce qu’on appelle la tech for good. Parmi eux, Paul Duan est l’instigateur de la plateforme Bob pour aider les personnes en recherche d’emploi. Joséphine Goube incarne Techfugees, une organisation qui promeut l’utilisation de la tech pour aider les réfugiés. Jean-Marc Pot-devin a initié Entourage, un réseau social pour briser l’isolement des sans-abri. En s’appuyant sur le meilleur de la technologie, des milliers de changemakers tentent de lutter contre la pauvreté ou l’exclusion. Les initiatives en faveur de l’environnement ne sont pas en reste. Un exemple parmi tant d’autres : celui d’une start-up francilienne, Qarnot Computing, qui utilise la chaleur des data centers pour les transformer en radiateurs chez les particuliers, dans un contexte où le prix du chauffage est en constante augmentation.

Toutes ces actions croisent intérêt général et démarche entrepreneuriale, dans l’idée que l’activisme citoyen militant contribuera à changer le monde. Le numérique permet de mettre en relation des publics, dans un monde où profits et altruisme ne sont plus aussi antagonistes que par le passé. « On peut avoir un impact positif tout en étant rentable », souligne Romain Drosne. En juin 2014, il a monté avec son associé la start-up Refund my ticket, qui aide les passagers à obtenir une compensation quand un vol a été retardé,
annulé ou surbooké. « Nous avions constaté que les compagnies aériennes ne faisaient pas d’efforts pour gérer les exceptions lors des réclamations des clients. Du coup, les petits litiges ne sont quasiment jamais traités, déplore-t-il. Nous prenons 18 % TTC de ce que nous avons obtenu pour les personnes qui ont fait appel à nous, sachant que dans 98 % des cas, quand nous allons au tribunal, nous gagnons. Et si tel n’est pas le cas, “no win, no fee”. » 

Des start-up et associations plus exemplaires que les Gafa

Qui peut se revendiquer de ce mouvement ? « Facebook prétend faire de la tech for good, mais cela répond avant tout à une logique d’affichage. Les vraies initiatives positives viennent de l’entrepreneuriat social », analyse Ismaël Le Mouël, cofondateur d’Hello Asso, site français de paiement sur internet pour les associations. « En mai dernier, Emmanuel Macron a reçu les géants américains du numérique pour parler du bien commun, mais je doute qu’ils soient les meilleurs interlocuteurs sur ce sujet », ajoute-t-il. Good for all ou good for me ? La question mérite d’être posée. Assisterait-on à une sorte de « goodwashing », espèce de nouveau greenwashing ? 

De toute évidence, les start-up influencent ces grandes plateformes dans leur ambition de faire le bien. Elles challengent les fondations et même les ONG. Les associations ont elles aussi voix au chapitre, à l’image de Singa, un mouvement citoyen international visant à créer du lien entre réfugiés et société d’accueil. « Le fait qu’une initiative voie le jour dans le cadre d’un statut associatif met en valeur qu’il n’y a pas que la rentabilité qui prime », reconnaît  Ismaël Le Mouël. Mais si les associations peuvent bénéficier d’un accès aux subventions, elles sont coupées des aides de Bpifrance et du crédit d’impôt recherche. Les dispositifs d’aide à l’innovation sociale sont généralement plus orientés vers les start-up.

Cet essor de la tech for good s’explique en grande partie par l’état d’esprit de la nouvelle génération. En effet, « les jeunes aspirent à utiliser les nouvelles technologies et ne sont plus dans la même logique que leurs aînés », observe Denis Pansu, membre du think tank associatif Fondation internet nouvelle génération (FING). Selon lui, il y a trente ans, le modèle dominant était celui d’entreprises comme Danone ou L’Oréal. « Et il y a quinze ans, c’était toujours le cas, mais les jeunes y restaient maximum cinq ans. Aujourd’hui, ils ont envie de créer leurs projets dès le départ en mobilisant la tech dans le sens de ce mouvement sociétal fort », analyse-t-il. Estimant qu’ils ont compris, à partir du vécu de leurs parents, qu’il y avait finalement peu de reconnaissance dans le monde de l’entreprise classique. Mais aussi qu’il y avait de beaux combats à mener pour construire un monde plus juste. 

Un mouvement qui se structure

Lutte contre la pauvreté, contre le réchauffement climatique, pour l’égalité entre les sexes, pour une consommation responsable… Ces nobles combats sont nombreux, mais souvent disséminés. C’est ce constat qui a été à l’origine de la création en mai dernier de France Eco-Sociale Tech (FEST). Abrité au sein de France digitale, ce mouvement a pour but de fédérer les acteurs engagés de la tech for good (start-up, associations, investisseurs…). Et d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs besoins. « Mais aussi de partager les bonnes pratiques et d’inspirer des vocations », précise Santiago Lefebvre, fondateur et CEO du sommet ChangeNOW. Cette année, cet événement aura lieu au Grand Palais. « Ce sera le plus grand rassemblement mondial des innovations for good, une manière d’affirmer le leadership français dans ce domaine ! Nous attendons plus de 20 000 participants du monde entier », s’enthousiasme-t-il.

Ed tech, social tech, civic tech, HR tech, church tech… Toutes ces structures de l’économie sociale et solidaire étaient jusqu’alors divisées en plusieurs chapelles. Ce rassemblement a vocation à porter collectivement un même message en faveur

d’une innovation utile et bienfaisante. 

Doté d’un budget annuel de 200 000 euros, FEST espère accélérer l’émergence d’un écosystème d’entrepreneurs utilisant la technologie et la science pour répondre aux Objectifs de développement durable établis par les Nations unies. Reste à savoir comment évaluer le degré de « forgooditude ». « De plus en plus d’organismes développent leur grille de lecture sur l’impact réel des solutions. La fondation Solar Impulse, par exemple, évalue et labellise des solutions avec tout un process de qualification », explique Santiago Lefebvre. En matière d’initiatives et de certifications, il reste beaucoup à imaginer.

Envoyer par mail un article

Les start-up, fers de lance de la tech for good

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies