Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

BOURSE DE PARIS

Vous avez dit profit warnings?

27/10/2000

La révision à la baisse des prévisions de résultats a eu un fort impact sur les valeurs télécoms, médias, technologies (TMT). Trop fort, estiment certains analystes qui prêchent la sélectivité.

Les profits seront moins bons que prévu. Dans une ambiance euphorique, la phrase aurait pu passer inaperçue. Sur des marchés aussi nerveux qu'aujourd'hui, l'impact des «profit warnings», ces avertissements de sociétés minorant les prévisions de résultats qu'elles-mêmes ou les analystes avaient effectuées, sont immédiats. La première semonce est venue d'outre-Manche. Fin septembre, Granada Media a vu son titre plonger à la Bourse de Londres. La raison? L'annonce d'une baisse de son chiffre d'affaires du secteur publicité lors du prochain exercice, qui a démarré le 1er octobre 2000. Le groupe a bien indiqué qu'il s'attendait à une hausse de ses recettes publicitaires de 8,4% sur l'exercice en cours, grâce à la Coupe du monde de rugby et l'Euro 2000. Mais le prochain exercice fiscal ne compte pas d'événement sportif si important et Granada s'attend donc à ne pas afficher des résultats comparables au 1er semestre 2000/01. Dès l'annonce, 12% perdus pour l'action, alors que le marché était ce jour-là en hausse...

Rebonds en prévision

Publicis et TF1, entre autres, ont été victimes de phénomènes similaires. TF1 a perdu plus de 20% de sa valeur depuis le 5septembre, le recul s'établissant surtout depuis la révision en baisse des estimations sur le groupe britannique Granada Media, comme le remarque HSBC CCF Securities. Le marché est aujourd'hui fondé sur des anticipations trop pessimistes de croissance du marché publicitaire. Les cours actuels seraient donc des cours d'achat. Un rebond de la valeur est prévu par nombre d'analystes dans un proche avenir. À la moindre bonne nouvelle, le rebond est assuré. Publicis en a fait l'heureuse expérience. Après avoir perdu plus de 30% en un mois, en grande partie sous l'«effet Granada», le titre est fortement remonté. Dès le 19octobre, Publicis a bondi de 10% à 34,1euros, en clôture de la Bourse de Paris, sur fond de pourparlers en vue d'un rachat de la société américaine de marketing médical Nelson Communications. Le secteur aurait donc connu un passage à vide et ainsi évité d'entamer une traversée du désert.

Envoyer par mail un article

Vous avez dit profit warnings?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.