Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

NATHALIE PELRAS

24/11/2000

L'analyste financière de Richelieu Finance attend les nouveaux relais de croissance. Comment jugez-vous l'attitude du marché vis à vis de NRJ? Nathalie Pelras. Il a fallu que le marché digère un certain nombre d'informations pas vraiment positives. Le départ d'Alain Weill, directeur général, est d'autant plus important que c'est lui qui a assuré la croissance du groupe depuis dix ans. C'est lui qui, jusqu'à présent, a eu les idées d'acquisitions. Et l'abandon de l'opération avec RMC? N.P. Certes, elle aurait pesé sur la rentabilité en 2000-2001, mais elle aurait certainement généré un flux positif en 2002. Le projet était bien vu par le marché. Le choc vient donc des prévisions de bénéfices pour 2002: une grosse part des résultats devait venir de RMC. La question qui se pose est de savoir quel sera désormais le relais de croissance. Le titre vous semble-t-il bradé aujourd'hui? N.P. Non, malgré la baisse, la valorisation reste correcte, même s'il s'agit de l'un des rares grands groupes qui dispose d'une liquidité suffisante pour permettre de jouer de façon correcte le secteur des radios en France. Il ne faut pas sous-estimer l'inconnue sur la croissance des bénéfices, même si l'on échappe à l'effet dilutif (pesant sur le résultat) sur 2000-2001 qu'aurait apporté l'opération RMC. Entretien: T.B.

Envoyer par mail un article

NATHALIE PELRAS

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.