Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

BOURSE DE PARIS

Une année à somme nulle

19/12/2000

2000 n'a pas été faste pour les boursiers. La communication figure parmi les secteurs les plus touchés par la désaffection des investisseurs. Mais les chances d'un retour en grâce sont nombreuses.

Rares seront les boursiers à se souvenir de 2000 comme de l'année du siècle. À Paris, du 1er janvier au début de cette semaine, l'indice CAC 40 a réalisé un score quasiment nul, comme l'indice SBF 250, tandis que le SBF 80 s'est replié d'un peu plus de 2%. Les indices technologiques ont tous deux reculé de 9% environ. Pendant ce temps, il est vrai, le Dow Jones a abandonné plus de 5% et le Nasdaq près de 30%. En monnaies locales, le score s'est établi dans le monde à -12%, selon l'indice MSCI. Dans ce contexte, les valeurs de la communication n'ont pas vraiment brillé.

Les grands groupes défavorisés

Sur cette période, Havas Advertising, M6, NRJ, Publicis ont reculé par rapport à leur niveau du 1er janvier. Canal+ et TF1 se maintiennent tout juste. Avoir été intégrées au secteur TMT (technologies, médias, télécommunications) n'a pas toujours été une bonne chose pour les valeurs de la communication qui ont, du coup, subi la désaffection des investisseurs pour les valeurs Internet à compter du mois de mars. Il faut aller vers les valeurs de plus petite taille pour trouver des scores franchement positifs, avec des sociétés comme Altédia, Groupe Jean-Claude Darmon et SR Teleperformance. Les reports d'introduction se sont multipliés. Capital Events a connu deux tentatives vaines. La semaine dernière, c'était Benchmark Group, éditeur entre autres duJournal du Net, qui jetait l'éponge. Quelques situations spéciales, comme l'échec de la reprise de RMC par NRJ et la démission du directeur général Alain Weill, se sont ajoutées à la dégradation du climat boursier. Pour une société comme Spir Communication, c'est la perspective d'une forte hausse du prix du papier journal qui a refroidi les ardeurs des investisseurs. Pour les agences de publicité, c'est la crainte d'un ralentissement brutal de l'activité économique américaine qui a joué. On sait aujourd'hui que l'on a plus de chances d'assister à un atterrissage en douceur. Pour l'année à venir, les analystes sont dans l'ensemble assez confiants. Car le marché publicitaire devrait continuer à progresser fortement, bien qu'un peu moins que cette année. De plus, pour les sociétés de l'ancienne économie qui s'ouvrent à la nouvelle, comme les chaînes de télévision, Internet constitue un réel relais de croissance.

Envoyer par mail un article

Une année à somme nulle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W