Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

Des rapports annuels plus citoyens

19/01/2001

L'étude réalisée par l'agence Écocom sur les rapports annuels des sociétés cotées au DJ Stoxx 50 révèle que les entreprises européennes s'intéressent de plus en plus aux problématiques immatérielles comme le développement durable et le capital client.

Qui a dit que les rapports annuels se ressemblaient tous et n'étaient qu'une succession de chiffres et de poncifs sur l'avenir des entreprises ? Sûrement pas l'agence conseil en communication institutionnelle et financière Écocom. Les résultats de sa troisième étude de benchmarking sur l'évolution des pratiques en matière de rapports annuels donne en effet une image réactualisée et, somme toute, plus attractive de ce document incontournable. L'étude menée cette année auprès des sociétés de l'indice boursier européen DJ Stoxx 50 révèle une évolution notable des thèmes abordés par les rapports annuels. On constate un net attrait pour les questions relatives au développement durable, à la nouvelle économie et à l'e-business, au capital client, à la gestion du savoir et au capital intellectuel. Autant de notions qui, il y a encore deux ou trois ans, étaient quasi absentes de ces arides comptes-rendus annuels. Étonnamment, la quasi- totalité des groupes européens parlent dans leur rapport annuel du développement durable, cette politique de développement prenant en compte l'éthique, la responsabilité sociale, l'engagement citoyen et l'environnement. Louable intention qui se traduit pour la plupart d'entre eux par la présentation d'exemples concrets et d'initiatives, notamment de la part des sociétés néerlandaises. Mais ce sont les groupes pétroliers qui sont les plus prolixes en la matière, surtout bien sûr sur l'environnement. Un thème sur lequel ils ont, il est vrai, beaucoup à se faire pardonner. Le rapport de BP Amoco, qui traite le sujet sous toutes ses coutures, propose même des liens vers son site Internet pour obtenir plus d'informations. De même, plus de 80% des groupes européens abordent largement les problématiques liées à la nouvelle économie et à l'e-business. Ainsi, le commerce électronique et les technologies de l'information font l'objet de longs développements, exemples à l'appui. En revanche, seule la moitié des sociétés étudiées évoque la notion de capital client. Une surprise ! Du moins pour ceux qui, naïvement, pensaient que le client était le centre d'intérêt principal de toute entreprise qui se respecte. Sur ce thème, les banques sont largement en avance sur les autres secteurs. Barclay's titre ainsi son rapport annuel «Serving our customers» et Deutsche Bank présente des indices de satisfaction et de fidélité par métier.

De l'intérêt pour la gestion du savoir

Enfin, les sociétés du DJ Stoxx 50 commencent à s'intéresser au capital intellectuel et à la gestion du savoir. Elles sont plus d'un tiers à aborder le sujet. Une percée intéressante, sensible notamment chez les groupes bancaires espagnols, qui publient une batterie d'indicateurs de performance sur ces thèmes. Mais comme pour le capital client, on s'étonne que les entreprises redécouvrent finalement de telles évidences...

Envoyer par mail un article

Des rapports annuels plus citoyens

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.