Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

DIDIER LE MÉNESTREL

31/08/2001

Le directeur général de la Financière de l'Échiquier, Didier Le Ménestrel, est prudent vis-à-vis du titre.

La société fait-elle partie des positions retenues dans votre gestion ? Didier Le Ménestrel. Nous nous sommes, un temps, intéressés au dossier, mais, comme nombre d'investisseurs, nous l'avons abandonné après plusieurs désillusions. Certes, le titre a fortement grimpé depuis le début de l'année mais, en cinq ans de cotation, l'action a reculé et ne présente pas, à notre avis, de grand potentiel à moyen ou long terme : le groupe reste trop franco-français et son métier d'assembleur de terminaux de paiement dégage de trop faibles marges. L'activité est pourtant soutenue... D.L.M. Le passage à l'euro et le débat sur le paiement sécurisé dopent les comptes de la société. On peut estimer que ces bonnes nouvelles sont prises en compte dans les cours actuels. Le titre a surfé sur une vague plus qu'il ne l'a générée. D'autres valeurs du secteur ont-elles votre préférence ? D.L.M. Malgré les excès que l'on a pu connaître chez Ingenico, la comparaison est indiscutablement en sa faveur. Il y a, bien sûr, la prime au leader, mais aussi l'exploration de nouveaux marchés et de nouveaux métiers qui sont autant de relais de croissance et offrent des perspectives de développement à long terme. Entretien : T.B.

Envoyer par mail un article

DIDIER LE MÉNESTREL

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.