Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

IMAGINER

Les cartes cinéma attirent et fidélisent

26/10/2001

Circuit A a mené son enquête sur les cartes d'abonnement au cinéma. Il en ressort que le marketing relationnel n'est pas étranger à la progression des entrées en salles.

Quel est l'impact des techniques de marketing relationnel sur la progression des entrées cinéma ? Voilà le thème sur lequel a planché Gilles Viallard, directeur marketing de la régie publicitaire Circuit A, dans un séminaire organisé par l'Irep, l'Institut de recherche d'études publicitaires. Bien sûr, les cartes d'abonnement, dont la première a été lancée par UGC en avril 2000, sont le nec plus ultra de la fidélisation. Mais les exploitants, UGC, Pathé ou Gaumont, ne les ont pas attendues pour faire du marketing relationnel. Pour augmenter les entrées en salles, il est en effet plus facile de jouer sur la fréquence de ceux qui s'y rendent que d'augmenter le nombre de spectateurs. Depuis dix ans, les exploitants ont donc développé diverses actions : les avant-premières dans les multiplexes à destination des meilleurs clients, le « label des spectateurs UGC », les séances spéciales pour les enfants ou encore les cartes de fidélité donnant droit, en général, à un forfait de cinq places à tarif réduit pour un laps de temps de deux mois.

Des abonnés quatre fois plus assidus

Avec les cartes de deuxième génération, la fidélisation prend une toute nouvelle dimension : pour 16,5 à 18 euros (108 ou 118 francs) par mois, les cinéphiles peuvent, pendant un an, voir un nombre illimité de films, sans subir de contrainte de jours ni d'horaires.« Actuellement, 250 000 cartes sont en circulation en France, dont 170 000 à Paris. Elles ont manifestement plu aux jeunes, sans faire le plein chez les cinquante ans et plus », indique Gilles Viallard. Ce dernier s'appuie sur l'étude Médiamétrie 2000 et sur des sources internes aux exploitants. Elles indiquent que les abonnés se rendent en moyenne quarante-trois fois par an au cinéma, la moyenne française n'étant que de onze visites annuelles.

Les cartes ont aussi permis d'augmenter la fréquentation des cinéphiles réguliers (se rendant au moins une fois par mois au cinéma) et des assidus (une fois par semaine).« Sur cent abonnés assidus aujourd'hui, deux tiers allaient moins au cinéma avant de prendre la carte », commente Gilles Viallard. Pourtant, au regard des entrées nationales, les cartes de fidélisation restent encore« un épiphénomène qui n'a pas modifié les habitudes des Français, même s'il a fait couler beaucoup d'encre ». Les cartes sont en effet à l'origine de 6,5 % des entrées nationales. Ce qui, in fine, ne pèse pas lourd.

Envoyer par mail un article

Les cartes cinéma attirent et fidélisent

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.