Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PREMIER MARCHÉ

Vivendi Universal en pleine digestion

18/01/2002

Jean-Marie Messier n'est pas loin d'avoir atteint son objectif : créer un groupe de médias intégrés. Mais il lui a fallu pour cela mener de nombreuses acquisitions et la Bourse a hâte que la digestion soit terminée.

Vivendi Universal est devenu le deuxième groupe mondial de communication en fusionnant en juin 2000 avec Canal + et Seagram (cédé depuis). Mais ce n'était pas suffisant pour son président, et Jean-Marie Messier n'a eu de cesse, depuis, de grandir. Il est, certes, déjà présent dans la télévision (Canal +), le cinéma (Universal Studios), la musique (Universal Music), l'édition, Internet (Vizzavi), les télécoms (Cegetel/SFR) et l'environnement (via Vivendi Environnement, détenu à 63 %). Mais il manquait encore des canaux de distribution et le modelage d'un groupe de médias intégrés.

Les caisses renflouées

C'est désormais chose faite ou presque, grâce à l'alliance stratégique conclue avec ÉchoStar, dont une prise de participation de 10 % et le rachat des actifs audiovisuels d'USA Networks. Ces opérations ont été partiellement financées par le placement de quelque 9 % de Vivendi Environnement et de certificats d'actions BSkyB. Mais l'endettement du groupe méritait plus d'attention encore. Le placement, il y a quelques jours, de 55 millions de titres détenus en autocontrôle a permis de résoudre une bonne partie du problème. Environ 3milliards d'euros sont entrés dans les caisses.

Vivendi Universal avait aussi confirmé fin décembre la finalisation à New York de la vente à Diageo et Pernod Ricard de la branche Vins et Spiritueux de Seagram, pour environ 8,1 milliards de dollars en cash. Et le groupe devrait annoncer d'ici peu la finalisation de la cession de son pôle Presse professionnelle au fonds d'investissement britannique Cinven. Les 2,2 milliards d'euros de cette vente devraient servir au financement du rachat de l'éditeur américain Houghton Mifflin.

Cette stratégie apparaît aujourd'hui créatrice de valeur pour beaucoup d'analystes. Vivendi Universal semble en position de profiter pleinement de la reprise économique... lorsqu'elle se manifestera. Déjà, Vivendi Universal était l'une des rares valeurs des médias à ne pas être revenue sur ses prévisions de croissance.

Envoyer par mail un article

Vivendi Universal en pleine digestion

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W