Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

WALL STREET

AOL Time Warner adopte un profil bas

25/01/2002

Les chiffres 2001 n'atteindront pas les objectifs, pourtant révisés à la baisse en septembre dernier. Le groupe fait donc preuve d'une grande prudence sur les prévisions pour 2002. Plutôt rassurant pour les boursiers.

Depuis le début de l'année, l'action du numéro un mondial des médias, AOL Time Warner, a perdu plus de 7 %. La faute n'en incombe pas directement aux anticipations de croissance peu joyeuses du marché publicitaire. En 2002, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) devrait progresser de 8 à 12 %. À l'automne, le groupe prévoyait une croissance à deux chiffres de son Ebitda pour 2002. Par ailleurs, AOL Time Warner table sur une hausse de 5 à 8 % de son chiffre d'affaires cette année.

Charge exceptionnelle au premier trimestre

Cette prudence est jugée excessive par certains analystes. Elle s'explique par la nomination d'un président, qui prendra ses fonctions en mai. Richard Parsons veut que les nouveaux objectifs soient réalisables. Le groupe a dû aussi faire face à une modification de normes comptables qui pèse sur ses comptes. Le premier trimestre verra une charge exceptionnelle de 45 à 67 milliards d'euros, la plus élevée jamais passée par une société, reflet de la baisse des marchés boursiers depuis l'annonce de la fusion entre AOL et Time Warner en janvier 2000. La valeur de cette fusion, chiffrée à l'origine à plus de 201 milliards d'euros, est tombée à quelque 112 milliards au moment de sa conclusion, après l'éclatement de la bulle Internet. Ce problème de digestion n'a pas coupé l'appétit d'AOL Time Warner qui négocierait l'acquisition de Red Hat Inc., principal distributeur du système d'exploitation libre Linux. C'est surtout l'Europe qui semble visée, après le rachat des 49,5 % que Bertelsmann détenait au sein d'AOL Europe. Le directeur général d'AOL, Gerald Levin, a souligné que la branche européenne serait ainsi libre de poursuivre son expansion. En mars dernier, le président d'AOL, Steve Case, estimait qu'à l'horizon 2006, un tiers des revenus du groupe proviendrait des marchés à l'international et pourrait atteindre 50 % avant la fin de la décennie. Les analystes ne sont pas contre cette stratégie, mais ils redoutent les effets à court terme sur la rentabilité.

Envoyer par mail un article

AOL Time Warner adopte un profil bas

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.