Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PREMIER MARCHÉ

JCDecaux : deux tours et puis s'envole

29/03/2002

Le mobilier urbain a servi de parachute à l'afficheur. Mais la croissance ne reprendra qu'avec la conjoncture, et après les élections.

Faire mieux que le marché. Tel est le leitmotiv de JC Decaux. Le groupe d'affichage et de mobilier urbain a, certes, annoncé des résultats 2001 en baisse, mais légèrement supérieurs aux attentes du marché et jugés satisfaisants, vue la récession publicitaire et la chute de l'activité dans les aéroports après les attentats du 11 septembre. L'excédent brut d'exploitation est ressorti en baisse de 2,1 %, à 377,3 Me contre 369 millions attendus par les analystes, sous l'effet d'une hausse de 4,3 % dans son activité de mobilier urbain et d'une baisse de 28,1 % dans l'affichage et de 16,5 % dans les transports. Le résultat net part du groupe est réduit de moitié, à 10,2 Me, en raison de la hausse des dotations aux amortissements et d'une perte exceptionnelle contre un gain exceptionnel un an plus tôt. Les analystes attendaient un résultat net inférieur, à 4 millions.

Confiance générale sur le long terme

La relative timidité des financiers à l'égard du titre est justifiée par le manque de visibilité. Pour 2002, même JCDecaux se déclare prudent sur l'évolution du marché publicitaire au 1er semestre. La faiblesse de la publicité dans les aéroports pèsera sur la croissance interne qui devrait être négative au 1er trimestre. Sur l'ensemble du 1er semestre, JC Decaux anticipe une croissance de 2 % dans le mobilier urbain, une stabilité dans l'affichage et une baisse à deux chiffres dans les transports. Les campagnes électorales ne votent pas en faveur des afficheurs. Certains sont contraints de rembourser les affiches dégradées, d'autres pratiquent des prix de campagne... Mais la confiance est presque unanime sur le long terme. Le programme de réduction de coûts mis en place en 2001 devrait permettre de réaliser 20 Me d'économies en 2002. Le groupe se déclare capable de continuer à dégager une croissance supérieure à celle du marché publicitaire. Et cela, les boursiers l'apprécient à sa juste valeur.

Envoyer par mail un article

JCDecaux : deux tours et puis s'envole

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.