Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

NOUVEAU MARCHÉ

Cyber Press Publishing attend son heure

03/05/2002

Le retour à la rentabilité est prévu pour l'année prochaine. De quoi, espèrent les dirigeants, modifier l'appréciation du titre en Bourse, déprimé depuis plusieurs mois.

Depuis son introduction en Bourse en 1998, le groupe de presse Cyber Press Publishing - éditeur deCiné LiveouTiti&Grosminet- a connu des hauts et des bas. Parti de 25 euros, il a grimpé à 75 euros avant de revenir aux alentours de 10 euros aujourd'hui. Mais ce qui compte désormais, comme pour l'ensemble des valeurs du secteur, c'est l'avenir. D'où, sans doute, l'insistance de Marc Andersen, le président du groupe, à rassurer les foules la semaine dernière, à l'occasion de la publication des résultats.

Rentabilité en 2003

Si Cyber Press Publishing a accusé en 2001 une perte nette part du groupe stable, à 5 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires en baisse de 2 %, à 23,4 millions d'euros, le groupe vise une réduction significative de la perte d'exploitation consolidée cette année et, en 2003, un retour à la rentabilité, le tout à périmètre constant.

La prévision semble réaliste. Après trois années de lourds investissements dans la presse magazine et un portail Internet, les atouts de Cyber Press Publishing et les mesures de restructuration prises en 2001 -Internet Todayarrêté en avril,NRJ Liveen août,Auto Liveen octobre, sans compter la mise en bas régime de Loisir.net, la filiale Internet - lui permettront sans doute d'assurer son retour progressif à l'équilibre.

Le maître mot est donc à présent « recentrage ». Sur les activités rentables, bien sûr, et celles à fort potentiel. Sans oublier la réduction de la perte d'exploitation consolidée. Cyber Press Publishing entend également poursuivre sa politique de croissance externe, entamée avec la société Viva Productions qui, au-delà des programmes réalisés pour des chaînes de télévision européennes, a développé une activité institutionnelle avec des groupes comme Matra, Mumm ou La Poste. Le groupe affiche une structure financière saine au 31 décembre 2001 : une trésorerie de 9,7 millions d'euros, des fonds propres de 13,2 millions d'euros et une absence d'endettement. Les analystes semblent vouloir y croire. D'autant que l'action a perdu plus de 30 % depuis le début de l'année. Sa valorisation représente aujourd'hui à peine le niveau de la trésorerie du groupe.

Envoyer par mail un article

Cyber Press Publishing attend son heure

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.