Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

BOURSE DE LONDRES

BSkyB : le ciel se dégage

24/05/2002

Forte croissance du bénéfice, nouvelle loi en Grande-Bretagne et déconfiture d'ITV Digital : trois éléments qui ont poussé le titre à la hausse.

Mettez un groupe de patrons de télévision dans une pièce et vous pouvez être sûr qu'ils se plaindront d'une chose : l'overdose de réglementation. »Mais cela ne devrait pas durer, ajoute cet observateur d'outre-Manche. Le gouvernement britannique vient, en effet, de rendre public un projet de loi qui ouvre la voie à des prises de participation de groupes étrangers dans des chaînes terrestres. La loi définitive devrait être entérinée courant 2003 et intéresse BSkyB, détenue à hauteur de 36 % par la News Corp. de Rupert Murdoch. Vivendi Universal en possédait encore 13,4 % du capital, mais s'est retiré au milieu du mois.

Abonnés en hausse

Autre nouvelle, le bouquet de télévision par satellite a annoncé une hausse de 33 % de ses bénéfices sur neuf mois, un chiffre légèrement supérieur aux attentes du marché, grâce à une croissance plus forte que prévu du nombre d'abonnés au numérique. Le groupe affiche un bénéfice d'exploitation avant survaleurs de 129 millions de livres sterling (199 millions d'euros) sur les neuf mois à fin mars, contre 97 millions un an plus tôt. Le consensus des analystes était plus proche de 120 millions de livres.

Le numéro un britannique de la télévision payante a précisé que ses abonnements directs, qui excluent les foyers recevant les chaînes de Sky via le câble et les réseaux terrestres, s'élevaient à 5,89 millions à la fin mars, soit une progression nette de 171 000 abonnés sur le trimestre, un chiffre bien supérieur à l'estimation des analystes. De plus, le revenu par abonné s'est élevé à 341 livres (539 euros) sur les trois premiers mois 2002, en hausse de 11 %.

BSkyB a toutefois précisé que la crise sur le marché publicitaire s'est poursuivie pendant le premier trimestre 2002, affectant ainsi ses recettes publicitaires, en baisse de 11 %, à 178 millions de livres (281 millions d'euros). Le groupe a par ailleurs inscrit une provision de 22 millions de livres (35 millions d'euros) pour créances douteuses liées à la fermeture du bouquet numérique terrestre britannique ITV Digital, qui diffusait des programmes de BSkyB sur sa plate-forme. Mais les analystes estiment que BSkyB profitera, en fait, de la faillite d'ITV Digital, restant la seule grande télévision payante de Grande-Bretagne.

Au total, le titre s'est sensiblement raffermi à la Bourse de Londres et a retrouvé son niveau du 1er janvier.

Envoyer par mail un article

BSkyB : le ciel se dégage

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.