Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PREMIER MARCHÉ

VU, poussières d'empire

22/11/2002

Le programme de cessions n'est peut-être pas achevé. Une bonne façon de récupérer de l'argent frais, mais qui soulève des interrogations.

Jean-Marie Messier aurait été tellement content ! Mais ses nombreuses prestations dans les médias, la semaine dernière, pour la sortie de son livre (lire aussi en page 12) n'ont pas suffi à faire briller l'action Vivendi Universal. Même si l'ancien président, interrogé par France 2, a réaffirmé d'une« manière particulièrement solennelle »qu'il« n'y a jamais eu de fraude comptable chez VU »et qu'aucun de ses dirigeants« ne s'en est mis plein les poches sur le dos des actionnaires ». À moins de 12 euros au début de la semaine, la chute du titre dépasse 80 % depuis le début de l'année... Certes, les investisseurs ont cessé de le massacrer à chaque séance de Bourse. Mais de là à transformer le courant vendeur en achats massifs, il y a un pas qu'ils ne sont pas encore prêts à franchir.

Cegetel convoitée

Les ventes de Vivendi Environnement et de la branche édition ont bien permis de clarifier la situation, surtout financière. Mais si d'autres cessions venaient à être conclues, dans le cinéma, la télévision et la musique, que resterait-il à valoriser ? C'est l'une des questions posées aujourd'hui, en plus de celles concernant la réduction de la dette. Le résultat de la bataille pour le contrôle de Cegetel fournira l'un des principaux éléments de réponse. Cette prospère filiale de téléphonie est convoitée par le britannique Vodafone. Jean-René Fourtou doit décider au plus tard le 10 décembre s'il cédera ou non à l'offensive de Vodafone. Beaucoup d'analystes financiers jugent que l'évolution de l'activité au troisième trimestre, qui montre un effritement aux États-Unis, va obliger le groupe français à prendre le contrôle complet de Cegetel.

Néanmoins, il faudra sans doute être patient et, durant cette attente, les boursiers préfèrent visiblement adopter une attitude circonspecte. Autre motif de prudence : la compétition pour les droits de diffusion du championnat de France de football. Elle s'est traduite par une forte inflation, la Ligue de football professionnel engrangeant 520 millions d'euros par an sur la période 2004-2007, soit plus de 100 millions de plus que dans le précédent contrat. Pour les spécialistes du secteur des médias, la victoire de Canal+ (la chaîne verserait 480 millions d'euros) est synonyme d'augmentation du coût de la grille...

Envoyer par mail un article

VU, poussières d'empire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.