Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

Objectif Chine

20/12/2002

Pour une marque, l'Empire du Milieu peut s'avérer un formidable marché. À condition de respecter les us et coutumes locaux.

La Chine est une opportunité formidable pour les marques occidentales. »Matthew Anderson, président d'Ogilvy Public Relations pour l'Asie, est bien placé pour le savoir. Dans le secteur des RP, son agence est numéro un en Chine. Sur place, elle travaille pour Nokia, IBM, Unilever, BP ou encore BMW.« Entre l'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce, la récente Coupe du monde de football en Asie, les jeux Olympiques de 2008 et l'exposition universelle de Shanghai en 2010, le pays s'ouvre et se développe rapidement »,explique-t-il. Certains chiffres sont éloquents : la Chine, bien que fortement rurale, compte 450villes de plus de 250 000habitants. Aux États-Unis, on en dénombre 68... C'est dire si ce pays représente un vaste vivier de conquête. Les médias et les investissements publicitaires sont en pleine croissance. Les dépenses d'achat d'espace, d'environ 10 milliards d'euros, accusent, selon Matthew Anderson, une hausse annuelle de 57 %.

Selon une étude de High Co Institute,« les marques étrangères sont, en Chine, encore largement synonymes de luxe. Elles ont une fonction statutaire très prononcée. D'où l'intérêt de cibler les urbains, plus aisés et ouverts sur le monde, soit une population supérieure à celle des États-Unis. »Mais le marché chinois n'est pas uniforme.« Il n'existe pas un type de consommateur, mais différents profils selon les régions »,explique Matthew Anderson. La marque Dior aura ainsi plus de chance à Shanghai, où les femmes sont expansives, qu'à Pékin, où le luxe se veut plus raffiné.

Implantation réussie : l'exemple d'Unilever

Globalement, quelques règles de base sont à respecter pour conquérir ce marché. Première d'entre elles : participer au développement économique du pays. Coopérer avec le gouvernement, embaucher des cadres locaux, effectuer des transferts de technologie sont indéniablement appréciés. Bien sûr, une marque aura également tout intérêt à s'adapter aux habitudes de consommation et aux modes de distribution. Unilever, présent depuis 1986 en Chine, est l'exemple même d'une implantation réussie. Le géant anglo-néerlandais a formé quatorze joint-ventures pour lancer une vingtaine de marques. Elles sont globales, comme Omo et Signal, ou locales, comme Hazeline Sésame, un shampooing conçu spécialement pour les cheveux noirs des Chinois. Des cadres locaux forment la majeure partie de l'équipe de direction. Enfin, le groupe se pose en entreprise citoyenne avec, entre autres, un programme de protection de l'environnement.« Unilever a lancé une campagne contre la désertification du nord du pays en plantant plus d'un million d'arbres »,raconte Matthew Anderson.

Autre règle à respecter : vendre de la qualité en proposant un service après-vente irréprochable.« Les consommateurs chinois sont très exigeants et les attentes sont grandes vis-à-vis des marques occidentales »,explique l'étude d'High Co Institute. Peugeot en aurait fait les frais en 1997, en retirant du marché deux de ses modèles, la 504 et la 505... Conseils et précautions sont donc de mise. Ce qui place les agences en position d'éclaireurs pour leurs clients. D'autant qu'elles entendent, elles aussi, avoir leur part du gâteau...

Envoyer par mail un article

Objectif Chine

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W