Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PREMIER MARCHÉ

Bouygues bétonne sa diversification

21/03/2003

Le modèle d'entreprise choisi par Martin Bouygues dévoile ses vertus. La télécommunication mobile a sauvé les comptes 2002.

La valeur ne manque pas d'atours mais la Bourse n'y est pas sensible. Bouygues a perdu plus de 20 % depuis le 1er janvier 2003, après une année 2002 difficile. Les investisseurs ont, pourtant, été confortés par des résultats 2002 en ligne, voire légèrement supérieurs à leurs attentes. Le groupe a, en effet, réalisé l'an dernier un résultat net récurrent (hors plus-values exceptionnelles) et après impôts de 319 millions d'euros, en hausse de 27 %, pour un chiffre d'affaires de 22,25 milliards d'euros. Son bénéfice net part du groupe a bondi de 94 %, à 666 millions d'euros, en tenant compte d'une plus-value de 347 millions d'euros sur la cession de Bouygues Offshore et d'une provision de 76 millions dans le pôle construction sur certains chantiers de BTP jugés difficiles. Le résultat brut d'exploitation a progressé de 35 %, à 2,26 milliards d'euros, et le résultat d'exploitation de 21 %, à un peu plus d'un milliard. Cette croissance a été obtenue grâce à la Saur (services aux collectivités) et Bouygues Telecom.

Premiers bénéfices

Le groupe présidé par Martin Bouygues, qui est aussi l'opérateur de TF1, affirme aborder 2003 en bonne santé et prédit que le résultat net récurrent devrait progresser à nouveau. Les comptes 2002 prouvent que le modèle de diversification est une réussite. On a ainsi assisté aux premiers bénéfices de Bouygues Telecom depuis l'ouverture du réseau en mai 1996, au moment où le BTP et le marché publicitaire pesaient lourdement sur les comptes. Et cela sans que Bouygues présente les mêmes risques que d'autres opérateurs télécoms. L'endettement, par exemple, ne dépasse pas la moitié des fonds propres. Parmi les relais de croissance, la téléphonie mobile présente un fort potentiel. En attendant la reprise du BTP et du marché publicitaire, Bouygues Telecom devrait assurer la croissance de l'activité. Et peut-être du cours de Bourse : les télécommunications ne représentent que 13,2 % du chiffre d'affaires mais assurent les deux tiers de la capitalisation boursière. En revanche, la Saur devrait rester pour l'instant dans le giron du groupe. Quant à un rapprochement entre TPS et CanalSatellite, Martin Bouygues a jugé qu'il n'aurait« pas beaucoup de sens ».

Envoyer par mail un article

Bouygues bétonne sa diversification

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.