Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

Extension du domaine de la psy

28/03/2003

Les psy de tout poil et les témoignages intimes ont envahi les médias. La sociologue Dominique Mehl analyse ce phénomène de société dans La Bonne Parole.

En rachetantPsychologiesen 1998, Jean-Louis Servan-Schreiber espérait atteindre les 100 000exemplaires, au mieux. Le titre, alors en perte de vitesse, tirait à 70 000. Cinq ans plus tard, c'est un véritable succès. La diffusion moyenne a atteint 270 000exemplaires en 2002 et se rapproche aujourd'hui des 300 000.« Ces résultats montrent que nous surfons sur un phénomène plus général : l'envie de mieux vivre, de prendre sa vie en main. Le droit au bonheur est reconnu aujourd'hui comme légitime et accessible »,commente Jean-Louis Servan-Schreiber qui parle d'une« lame de fond » :la conscience d'une responsabilité des individus envers eux-mêmes. Et de citer la multiplication des livres de psychologie et de philosophie, ou encore d'émissions de radio et de télévision où chacun se raconte.

Ce phénomène est étudié de près par la sociologue Dominique Mehl dans son livre,La Bonne Parole,qui vient de paraître aux éditions de La Martinière. La chercheuse, qui a déjà publiéLa Télévision de l'intimité(Le Seuil, 1996), rend compte de cette« extension du domaine de la psy »à toute la société et notamment aux médias.« Les psy étaient les gardiens de l'espace privé. Ils ont conquis une place dans l'espace public »,souligne-t-elle.

L'introspection prend le pas sur la thérapie

Tous les magazines, féminins, de santé, d'éducation ouvrent leurs colonnes à« l'avis du psy »pour commenter une histoire personnelle ou évaluer un problème de société. Les stations de radio créent, les unes après les autres, des créneaux où les auditeurs peuvent soumettre leur mal de vivre à leur écoute bienveillante. Les chaînes de télévision les invitent pour des émissions spécialisées et les convoquent sur le plateau de tous les talk-shows consacrés à des sujets ayant trait aux moeurs et à la vie quotidienne.

Quel intérêt un individu a-t-il à venir raconter sa vie en public ? Et les psy ? Doivent-ils prêcher pour une bonne conduite, en nouveaux moralistes, ou se contenter de lancer des pistes, de soulever des hypothèses ? À ces questions, Dominique Mehl répond en décortiquant le discours des psychologues et psychanalystes, ou en observant la place qu'ils occupent dans les différents médias. Elle étudie également la banalisation de la psychologie/psychanalyse où l'introspection prend le pas sur la thérapie. Dans l'émissionÇa se discutede Jean-Luc Delarue, emblématique, selon l'auteur, de la culture psychologique de masse, le psy est, lui, relégué au rôle d'auxiliaire qui éclaire et élargit les propos tenus sans se démarquer. Ce sont les invités qui s'analysent. Comme sur un divan.

Envoyer par mail un article

Extension du domaine de la psy

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.