Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

BOURSE DE LONDRES

Cordiant, proie tentante

16/05/2003

Le neuvième groupe mondial de publicité cherche ouvertement un repreneur. Mais attend que l'action, au plus bas, retrouve des couleurs.

La question n'est plus de principe mais de prix. Le groupe britannique Cordiant, en situation délicate depuis la perte d'un contrat majeur, celui d'Allied Domecq, l'un des leaders mondiaux de vins et spiritueux, au profit de Publicis Groupe, reconnaît bien volontiers qu'il accueillerait à bras ouverts un repreneur. Toute offre publique aurait donc de grandes chances d'être amicale. Mais de là à brader ses actifs, parmi lesquels le réseau publicitaire Bates Worldwide... Lundi 12 mai, Cordiant a très clairement indiqué qu'aucune des approches préliminaires entamées depuis plusieurs semaines ne devrait aboutir à un rachat au cours actuel du titre. Ce dernier évolue, en effet, dans ses plus basses eaux.

En repli de 70 %

Certes, la comparaison avec les 400 pence (5,60 euros) de mars 2000, juste avant l'éclatement de la bulle spéculative sur les marchés financiers, serait biaisée. Mais la chute est tout de même sévère. L'action valait 27 pence (37 centimes d'euros) au début de 2003 et a décroché le 30 avril pour tomber à son plus bas historique, 7,5 pence (10centimes d'euros), soit un repli de plus de 70 %.

Cordiant continue toutefois de négocier, afin de parvenir à une conclusion rapide« pour servir au mieux l'intérêt du groupe et de ses clients ». L'offre publique n'est donc pas la seule solution et le numéro trois de la publicité en Grande-Bretagne a confirmé qu'il se concentrait sur la cession d'actifs non stratégiques. Cordiant avait déjà annoncé rechercher des acheteurs pour son agence de relations publiques Financial Dynamics, pour ses activités australiennes, notamment George Patterson Bates, et pour l'agence Scholz&Friends en Allemagne.« Le processus avance bien et, pour certains actifs, nous sommes à un stade important dans les négociations »,précise le groupe.

En attendant, et pour éviter une situation financière encore plus délicate, Cordiant a également entamé des discussions avec les banques créancières afin d'obtenir des facilités de crédit supplémentaires pour le court et long terme. Après avoir accusé une perte nette de 229,6 millions de livres sterling (321 millions d'euros) en 2002, la perte du contrat Allied Domecq va peser sur les comptes des exercices futurs.

Envoyer par mail un article

Cordiant, proie tentante

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies