Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ENTRETIEN

NICOLAS PELLETIER

23/05/2003

Nicolas Pelletier, analyste médias chez SGAM, estime qu'un dollar faible peut perdurer.

Quelle est l'importance de la faiblesse du billet vert ?

Nicolas Pelletier.C'est considérable. Plus de 20 % en un an et demi. Les plus touchées sont les entreprises qui fabriquent dans la zone euro et doivent vendre dans la zone dollar. Le secteur de la communication est plutôt préservé.

Les groupes de communication sont pourtant très présents aux Etats-Unis...

N.P.C'est vrai. Mais ils ne sont pas les plus pénalisés, car ils supportent la plupart du temps des coûts libellés en dollars, charges de personnels, loyers, etc. C'est plus un problème comptable que de compétitivité. Si la parité reste aux alentours de 1,15, on s'attend pour l'année 2003 à un impact sur les résultats nets du secteur compris entre - 3 % et - 6 %.

Les annonceurs américains profitent-ils du niveau du dollar ?

N.P.S'ils règlent la facture d'une campagne en euros, ils subissent la faiblesse de leur monnaie. Mais ce n'est pas l'important. À plus ou moins long terme, des campagnes pour des produits américains devenus meilleur marché pourraient êtres lancées en Europe. C'est d'autant plus probable qu'un dollar faible pourrait perdurer, rendant plus nombreuses les exportations par les Américains.

Entretien : T.B.

Envoyer par mail un article

NICOLAS PELLETIER

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.