Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

Foules sentimentales...

08/01/2004

Un nouveau phénomène anime nos villes. Importée des États-Unis, la flashmob (attroupement éclair) apparaît comme un moyen de partager une expérience unique.

Paris, le 20 décembre 2003, place de Budapest, face à la gare Saint-Lazare. Quelques dizaines de personnes patientent autour d'un kiosque à journaux. À 17 h 31 précises, un homme s'approche et distribue à chacun un papier. Aussitôt et en ordre dispersé, tous se dirigent vers le hall de la gare. Peu à peu, un attroupement se forme, cette fois devant la brasserie L'Alizée. Peu avant 18 h eures, la foule silencieuse se dirige sous la grande horloge de la salle des pas perdus. Soudain - il est 17 h 59 -, tous se mettent à égrener les secondes à tue-tête :« 59, 58, 57... »et à« 0 », chacun ouvre son papier. Un mot y est inscrit (« pagaie », « champignon », etc.), aussitôt crié à la cantonade... But du jeu ? Trouver son « jumeau » (ayant le même mot) et se faire prendre en photo avant de se disperser dans la nature.

Ce genre de happening loufoque a un nom : c'est une flashmob (« attroupement éclair » en français). Il s'agissait, à Saint-Lazare, de la cinquième du genre à Paris. Ce phénomène venu d'outre-Atlantique se multiplie depuis quelques mois dans les grandes métropoles européennes. Le 28 août dernier à Paris, sous la pyramide du Louvre, 150 personnes s'étaient allongées par terre à la même heure pour se relever dans la foulée et applaudir à tout rompre. Cinq jours plus tard devant le Centre Georges Pompidou, ils étaient 250 à ouvrir leur parapluie en même temps. Le 9 décembre, des centaines d'anonymes allumaient des feux de Bengale sur les Champs-Élysées.

Acte urbain militant

Ces manifestations collectives et éphémères sont en fait minutieusement préparées sur le Net. Des sites comme ParisMobs (http://parismobs.free.fr/) sont les ralliements des amateurs du genre. Préalablement inscrits, ils reçoivent par e-mail, quelques heures avant le rendez-vous, les dates, lieux et instructions pour la prochaine flashmob. Et ces amateurs semblent de plus en plus nombreux à se prêter au jeu. La mise en scène de ce que les Anglo-Saxons appellent les « smart mobs » (« foules intelligentes ») est, selon leurs défenseurs, un nouvel « acte urbain militant ». Mais certains évoquent déjà des manipulations commerciales : pourquoi ne pas organiser une flashmob dans son magasin ?...

Plus prosaïquement, il s'agit aussi d'un moyen de briser l'isolement dans les grandes cités. Et de dépasser le seul contact virtuel engendré par Internet. Bref, une façon de renouer avec le monde réel, de faire des rencontres, comme en témoigne ce commentaire d'un des participants de l'opération Saint-Lazare, glané sur le Net :« C'était une flashmob bien sympathique, moins impersonnelle que les précédentes, avec cet espace restreint de la gare Saint-Lazare provoquant une plus grande proximité [...], et l'action qui obligeait presque à discuter au moins avec son " jumeau " une fois qu'on l'avait trouvé, ce qui a été une bonne idée et a apporté un petit quelque chose en plus. »Dans cette quête de l'autre, les initiatives ne manquent pas, comme cette sorte de jeu de piste consistant à laisser sur Internet un indice pour retrouver un livre caché dans la ville (dans un supermarché, sous un banc) et que l'on souhaite faire partager. Celui qui l'a trouvé et lu n'a plus qu'à poursuivre la « chaîne »... Le must du buzz marketing ?

Envoyer par mail un article

Foules sentimentales...

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.