Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

La télévision intelligente, ça marche aussi !

04/03/2004

Le succès du Dernier Jour de Pompéi, sur France 2, confirme l'engouement des téléspectateurs pour le « docu-fiction » et les émissions dites « intelligentes », sachant à la fois instruire et divertir.

Près de 9 millions de téléspectateurs ont suivi, le 22 février sur France 2,Le Dernier Jour de Pompéi. Avec 32,5 % de part d'audience, ce documentaire-fiction coproduit par France 2, la BBC et Discovery Channel a enfoncé le sacro-saint film du dimanche soir de TF1, en l'occurrenceÀ l'aube du sixième jour, avec Arnold Schwarzenegger. Le documentaire qui a suivi,Les Mystères de Pompéia réuni 7,4 millions de téléspectateurs (29,5 % de part d'audience).

C'est un nouveau succès pour le « docu-fiction », ce nouveau genre inauguré par France3 début 2000 avecSur la terre des dinosaures(5,9 millions de téléspectateurs), suivi parSur la terre des monstres disparusen mai 2002 (5,7 millions) et surtoutL'Odyssée de l'espèce, à l'automne 2003 (8,8 millions). Les « docus-fictions », qui enregistrent des audiences dignes des mégaproductions de cinéma, devraient donc proliférer sur les écrans.

« Ce modèle a dépoussiéré le documentaire et conquis un nouveau public, plus populaire et plus jeune »,constate Bertrand Villegas, du service de veille TV internationale The Wit. Il compare le genre au roman historique, où «un auteur comme Christian Jacq a poussé tout un public à s'intéresser à l'Égypte ».

Les téléspectateurs ont soif de comprendre

Dans un autre genre, les fictions de prestige et les téléfilms audacieux connaissent un succès remarquable. Exemples :Hitler ou la naissance du mal, le 28 janvier sur TF1 (plus de 8 millions de téléspectateurs),L'Affaire Dominici(TF1),Les ThibaultetLe Champ Dolent, sur France2, ou plus récemmentAmbre a disparu(plus de 7,2 millions de téléspectateurs).

Ces réussites sont d'autant plus notables que la télé-réalité s'est installée dans les grilles, avec son cortège d'émissions idiotes. Pour Jean-Pierre Cottet, l'ex-directeur général de France5, cité parLe Parisien, cela n'a rien d'étonnant :« La télévision qui vide la tête a donné un coup de fouet à celle qui la remplit. »

« Il y a un temps pour la découverte, la connaissance, et un temps pour le divertissement pur »,estime Jean-Louis Missika, président de JLM Conseil, qui se refuse à séparer les « bons téléspectateurs » qui regarderaient les émissions dites « intelligentes », et les autres, qui se gaveraient d'émissions débiles. Encore faut-il s'entendre sur la définition de la télévision intelligente... Pour Jean-Louis Missika, le succès des programmes de découverte témoigne d'une« demande de compréhension et de connaissance de la part d'un public un peu perdu dans la société actuelle ».

Bertrand Villegas, lui, tempère le volontarisme des chaînes françaises :« Ces programmes événements ne représentent que quatre ou cinq émissions par an. »« Les chaînes françaises ne font que rattraper le retard qu'elles accusent par rapport à la Grande-Bretagne ou à l'Allemagne, où les chaînes publiques diffusent depuis plus de dix ans ce genre de programmes »,poursuit Jean-Louis Missika. Ainsi,Yougoslavie, suicide d'une nation, qui est passé sur Arte en France, avait été diffusé sur la BBC1, équivalent de France2, pendant une soirée exceptionnelle de cinq heures. En France, on est sur la bonne voie, mais il reste du chemin à parcourir.

Envoyer par mail un article

La télévision intelligente, ça marche aussi !

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.