Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TENDANCES

Ils ont une bonne presse

25/03/2004

Quel est le point commun entre TF1 et Nicolas Sarkozy ? Tous deux se sont distingués dans le bilan 2003 que dresse TNS Media Intelligence en matière de couverture médias.

La course au JT et à la une des grands quotidiens est sans nul doute la chose la mieux partagée par les politiques et les entreprises. Source de reconnaissance, elle peut pourtant être à l'origine des pires désillusions, Jean-Marie Messier ou Alain Juppé pourraient en témoigner. Quoi qu'il en soit, les retombées médias sont aujourd'hui analysées à la loupe par les consultants des élus comme des grands patrons. Le bilan 2003 de la pression médias dressé par TNS Media Intelligence est en ce sens riche d'enseignements. L'institut se base sur l'indice UBM (unité de bruit médiatique) intégrant le volume d'information consacré à un sujet et le nombre de personnes exposées.

Côté entreprises, la surprise vient de TF1 : société la plus médiatisée l'an dernier devant la SNCF, EDF et Total. Cette forte présence médiatique est d'autant plus notable que, dans le classement des sociétés du CAC40 les plus visibles en presse quotidienne nationale (excluant les autopromotions des chaînes sur leurs propres écrans), TF1 est toujours en tête avec 14 % de parts de voix devant Vivendi, Total et France Télécom.

Stars éclairs

Cette omniprésence, TF1 la doit d'abord« aux stars éclairs de la télé-réalité, ambassadeurs de la chaîne dans les autres médias »,note François Nicolon, directeur marketing produits du pôle Information de TNS Media Intelligence. LesGreg le Millionnaireet autres vedettes deStar Academyainsi que les polémiques sur des émissions commeFear Factor, Nice Peopleou le projet de télé-réalité politique ont grandement contribué à faire parler de TF1.« Les articles sur les fictions prestige de la chaîne commeJean Moulin, Les Liaisons dangereuses ou L'Affaire Dominici,mais aussi ceux sur son actualité économique avec les dossiers Kirch Media et Metro ont également largement mis la chaîne en avant »,précise François Nicolon. Cette visibilité n'empêche toutefois pas la chaîne de voir son image sensiblement fléchir, comme le montre le dernier baromètre Ipsos-Stratégies(lire en page 45).

Deux fois plus que les autres

Ce grand écart entre visibilité et image n'affecte pas le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, le phénomène de l'année du bilan UBM 2003 des politiques (3e après Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin). Toujours largement en tête des hommes politiques de droite ayant de l'avenir, selon TNS Sofres,« Nicolas Sarkozy est le seul ministre à bénéficier d'une couverture continue et d'une apparition autonome, contrairement à ses collègues du gouvernement qui interviennent toujours en appui du Premier ministre »,note François Nicolon. Le phénomène semble s'affirmer encore sur les deux premiers mois de l'année 2004, puisque le ministre de l'Intérieur supplante Jean-Pierre Raffarin et enregistre deux fois plus d'UBM cumulées que les autres ministres. On notera enfin, en cette période électorale, que François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste, ne se situait qu'en 8e position des hommes politiques les plus visibles. Et, en ce début d'année, il est carrément sorti du Top 10, la première personnalité de l'opposition étant Bertrand Delanoë (10e). Entre surexposition et inexistence médiatique, il y a pourtant une marge...

Envoyer par mail un article

Ils ont une bonne presse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.