Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Déjà vingt millions de touristes chinois

24/06/2004

Après l'accord de libéralisation des visas touristiques signé en février entre l'Union européenne et la Chine, le tourisme chinois fait plus que jamais figure de nouvel eldorado pour les professionnels du secteur.

Du 26 au 29 janvier derniers, le président chinois Hu Jintao était en visite d'Etat en France. Exceptionnellement, le numéro un chinois n'est pas descendu à l'hôtel Marigny, résidence officielle accueillant habituellement les hôtes étrangers de la France. Soucieux d'avoir à ses côtés les quelque cent vingt membres de sa délégation, le président chinois a préféré prendre ses quartiers à l'hôtel Meurice, rue de Rivoli, disposant d'une plus grande capacité d'accueil. En 2001, lors d'un précédent voyage officiel en tant que vice-président, Hu Jintao avait particulièrement apprécié cet hôtel de luxe parisien.« Il est clair que cette visite a confirmé l'image d'établissement référence de notre hôtel aux yeux de la clientèle chinoise »,explique Norbert Henrot, directeur de l'exploitation de l'hôtel Meurice, dont 6 % de la clientèle est de nationalité chinoise. De fait, l'hôtel entretient depuis plusieurs années des liens privilégiés avec l'ambassade de Chine à Paris pour tous les déplacements officiels et d'affaires en provenance de Pékin. Un atout de taille en vue de la déferlante touristique chinoise tant attendue par les professionnels du tourisme.

En 2003, 20,22 millions de touristes chinois sont partis à l'étranger, soit 21,8 % de plus par rapport à l'année précédente. En France, de quelque 300 000 en 1997, les visiteurs chinois sont passés à plus de 450 000 l'an dernier. Et parmi eux, 135 400 ont choisi la France comme premier pays d'entrée pour leurs trajets de voyages.« La fréquentation devrait croître de 20 à 25 % d'ici deux à trois ans »,assure Patricia Barthélémy, responsable des marchés en développement à l'Office du tourisme et des congrès de Paris. Mais bien qu'attractive, la France n'est encore que le quatorzième pays de destination touristique pour les voyageurs chinois, loin derrière les régions de l'Asie du Sud-Est, notamment. Elle devrait toutefois bénéficier, comme ses homologues de l'Union européenne, de l'accord touristique signé le 12 février dernier avec la Chine, simplifiant les procédures applicables aux visas touristiques délivrés par les États membres de l'Union.« Cet accord est un véritable tournant pour le tourisme chinois, dont nous avons déjà pu observer les premiers effets dans nos hôtels parisiens du 4 au 2 étoiles selon la clientèle, affaires, individuelle ou étudiante, passant par les agences émettrices homologuées par le gouvernement chinois »,indique-t-on au groupe Accor, qui bénéficie d'une certaine notoriété du fait de l'implantation de 22 hôtels en Chine.

Ce pays compte 11 agences de voyage à capitaux mixtes et une agence de voyage à capitaux purement étrangers. En l'an 2000, les touristes chinois ont dépensé 1,5 milliard d'euros dans les pays de l'Union européenne. Or, dans vingt ans, cent millions de Chinois voyageront à l'étranger chaque année.« Veillez à bien recevoir les Chinois, sinon vous raterez la plus grande vague de tourisme de masse jamais vue »,résumait récemment dans ses colonnes laFar Eastern Economic Review.

Devant un tel essor, et sous l'impulsion de l'Office de tourisme et des congrès de Paris, les professionnels français font feu de tout bois pour mieux connaître et attirer cette clientèle d'avenir. Le comité Paris pour la Chine, créé en 1999 et qui compte aujourd'hui 35 sociétés (hôtels, grands magasins, grandes marques de luxe...), organise régulièrement des visites en Chine pour promouvoir la ville et ses produits. Une immersion nécessaire pour mieux appréhender les attentes de cette clientèle d'autant plus difficile à cerner« qu'elle n'a pas coutume de faire part directement de ses exigences »,note Norbert Henrot. Ainsi, après étude des us et coutumes locales, l'hôtel Meurice a pris l'habitude d'accueillir ses clients chinois par quelques petites attentions très appréciées : une bouilloire électrique avec du thé vert dans la chambre, les pantoufles dans la salle de bains et non au bas du lit, un petit déjeuner français toujours accompagné de spécialités chinoises... sans compter l'inévitable employée franco-chinoise à l'accueil.

Amateurs de marques occidentales

De fait, le touriste chinois ne peut se résumer au voyageur haut de gamme des hôtels de luxe qui peut dépenser de 650 euros pour une chambre double à 12 000 euros la suite à l'hôtel Meurice. La récente ouverture du marché du tourisme en Chine laisse présager l'arrivée d'une population certes toujours aisée mais aux exigences moins élitistes. Le profil du touriste chinois est encore à 60 % masculin et âgé pour l'essentiel de 30 à 50 ans. Ses voyages restent encore soumis à une forte saisonnalité. L'essentiel des séjours se concentre encore sur trois semaines : en février pour le Nouvel an chinois, la période du 1er mai sur laquelle s'est récemment greffée la troisième semaine légale de congés et enfin la fête nationale du 1er octobre.

Question consommation, les Chinois n'ont rien à envier aux autres touristes.« Ils connaissent très bien les marques occidentales et ont un faible pour Gucci, Chanel, Dior, Hugo Boss, Armani, Ferragamo mais aussi Lancel. Ce sont également de gros consommateurs de parfums et de cosmétiques. Ils ont en effet l'habitude de faire de nombreux cadeaux à leurs famille, amis et collègues de travail »,explique Sylvie Roisné, responsable de la clientèle internationale au Printemps. Les Chinois voyagent encore beaucoup en groupe et disposent d'un emploi du temps serré, d'où leur forte exigence en matière de services. Le grand magasin parisien du boulevard Haussmann, à Paris, a ainsi mis à leur disposition, depuis 1996, un espace d'accueil avec un interprète chinois, un plan de Paris et du magasin ainsi que des messages sonores d'information en chinois.« Ils ont des habitudes qu'il est bon de connaître, comme par exemple de discuter les prix et d'être pris en charge. Ils sont aussi très sensibles aux petits cadeaux ou échantillons »,précise Sylvie Roisné. À bon entendeur...

Envoyer par mail un article

Déjà vingt millions de touristes chinois

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.