MARKETING COMMUNICATION MEDIAS

Date de parution :

Plan de la rubrique Tendances
Votre Flux Rss Stratégies Tendances

Les marques s'expriment dans tous les sens

02/12/2004 -

Le marketing sensoriel fait désormais partie intégrante de la plate-forme stratégique des marques. Il fait recette car il comble les insuffisances des techniques traditionnelles.

C'est par la couleur qu'Apple a réussi à s'imposer sur un marché de l'ordinateur personnel saturé.

Question : sur un marché envahi par une multitude de marques concurrencées par des casseurs de prix et avec une offre banalisée (en l'occurrence celle du PC), comment Apple a-t-il réussi sa relance commerciale ? Réponse : par le design. L'opération a consisté à transformer le vieux Mac en iMac, un objet rond, multicolore, presque appétissant, en totale rupture avec le standard du PC carré, gris et totalement dénué de sex-appeal. Partant de là, la marque a capitalisé sur sa nouvelle image, toujours constituée d'un de ses gènes - la simplicité d'utilisation - mais axée sur le caractère désirable du produit, pour lancer de nouvelles gammes (iBook, iPod) avec le succès que l'on sait.

Beaucoup de marques s'inspirent aujourd'hui des recettes de Steve Jobs, proches de celles du secteur du luxe, pour sortir du relatif anonymat dans lequel les plongent la banalisation de l'offre et la guerre des prix. Air France en est le parfait exemple. La compagnie aérienne, un temps moribonde, a redoré son image en se dotant concrètement des atours d'une marque « sensuelle » : nouveau design des cabines et des salles d'attente au sol, musiques et fragrances personnalisées, communication élégante. C'est en donnant à voir, à entendre et à sentir qu'Air France a redonné corps à son image et renoué le contact avec ses clients. Exactement ce que continue de faire Apple, qui a décidé d'ouvrir ses propres points de vente en Europe.

Retenir l'attention

À bien y réfléchir, le point commun de ces deux stratégies, c'est d'offrir un confort multidimensionnel aux clients. Le marketing sensoriel viendrait ainsi contrebalancer, sur le terrain émotionnel, le marketing « interactif », qui place le consommateur dans l'univers virtuel d'une marque pour le lui faire découvrir. Prises en étau entre l'émergence du média marchand Internet et la montée en puissance du hard discount, les marques n'ont finalement d'autre choix que de revaloriser leurs produits et l'univers qui les entoure en leur donnant un « supplément d'âme » distinctif. La « polysensorialité », qui consiste à jouer simultanément sur plusieurs sens, permet ainsi de rassurer le consommateur sur la réalité de sa consommation, qui devient une expérience enrichissante, voire épanouissante. À travers les sens, le marketing « émotionnel » ou « expérientiel » redonne du sens à la consommation.

Pour améliorer la qualité réelle ou perçue de leurs produits, les industriels intègrent très en amont la démarche polysensorielle, notamment dans les cosmétiques ou l'agroalimentaire, comme en témoigne le relancement de Fauchon (lireStratégiesn°1340). Sortir du lot dans les linéaires uniformes d'un hypermarché suppose de combiner les effets visuels, tactiles et olfactifs d'une manière qui puisse retenir l'attention des consommateurs. La concurrence est donc rude ! Un bureau d'études comme Sensory and Marketing (SAM) conseille les marques pour dessiner le meilleur « profil sensoriel » de leurs produits.« Il faut trouver la bonne adéquation entre produit, emballage et marque,souligne Paolo Tamagni, directeur général France de SAM.Nous accompagnons les industriels dans leurs projets d'innovation, de repositionnement produit ou d'extension de gammes pour déterminer quels items doivent être modifiés. Tout cela en relation étroite avec les équipes marketing et recherche-développement. »Actuellement, l'activité de la société augmenterait de 20 % par an.

Mais la démarche touche d'autres secteurs. S'il y a longtemps que les constructeurs automobiles s'assurent du bon « chponk » de la fermeture de portière, parfois même de manière artificielle, Décathlon, par exemple, conçoit ses produits en soignant le toucher, le bruit ou l'odeur qu'ils dégagent afin d'accentuer la perception de technicité et de performance. L'enseigne de sport envisage même de segmenter un produit selon les préférences sensorielles de groupes d'individus.

La distribution explore aussi de plus en plus cette voie de la polysensorialité. En la matière, le groupe Galeries Lafayette, avec le grand magasin du même nom ou Monoprix, a pris une longueur d'avance. Sur la lancée des précurseurs comme Nature&Découvertes ou Sephora, il a massivement investi dans la « mise en ambiance » de ses produits et de son univers de consommation. Espaces différenciés, codes couleurs précis, silences bien placés dans une bande-son, lumières filtrées : tout est pensé pour faire du shopping un moment de plaisir.« Nous voulons éviter que les clients ne se sentent débordés par les flux,explique Jean-Guillaume Mathiaut, directeur artistique des Galeries Lafayette.La lumière et le son doivent faciliter la circulation dans le magasin et laisser le temps de s'approprier l'offre. »Ce qui veut dire qu'il ne faut pas avoir peur de perdre de la surface commerciale... Le grand magasin a déjà pu tester grandeur nature l'impact de ces attentions dans ses nouveaux espaces Lafayette Maison et VO. Les résultats sont plus qu'encourageants.


Page 1/2
Le pouvoir de dire l'ouïe

L'Association Design Communication (ADC) organisait le 16 novembre dernier une journée sur les codes culturels et sensoriels dans le design, dont Stratégies était l'un des partenaires. Une manière pour les professionnels du design de revendiquer leur apport dans les nouvelles stratégies sensorielles des marques. Il faut dire que les acteurs sur ce marché sont de plus en plus actifs. Le généraliste Mood Media, très présent en marketing sonore ou olfactif, affine par exemple son savoir-faire en proposant aux marques des solutions personnalisées. Et l'offre tend à se professionnaliser. En design sonore, notamment, outre le pionnier Frédéric Sanchez - qui a travaillé pour Air France, Peugeot et qui s'occupe, depuis septembre, des musiques d'animation pour Harrod's -, d'autres petites structures se font entendre. Strategic Sound, qui travaille aussi bien pour Kenzo que Thalès ou Michelin, cherche ainsi à convertir les marques au « patrimoine sonore ». Comme l'agence Sixième Son, qui a remporté l'appel d'offres pour l'identité sonore de la RATP.

Sur le même sujet :
Les points de vente misent sur de nouvelles expériences
Quand on l'interrogeait sur les raisons de son succès, Sam Walton, fondateur de Wal-Mart, répondait notamment «a pleasant shopping experience», une expérience de...
Mood Media crée le design sonore de Caroll
L'agence de marketing sensoriel Mood Media accompagne de nouveau le groupe Vivarte (après La Halle aux vêtements, La Halle aux enfants, Défi Mode, Naf Naf et Béryl)...
Écoutez la différence
Sur fond de collages de moteur d'avion et de bruits de la mer, la voix américaine d'une hôtesse de l'air annonce «Bienvenue à l'aéroport de Long Beach», avant que...
Publicis acquiert deux nouvelles agences
Publicis Groupe a fait l’acquisition de Dreams (50 collaborateurs) en Chine et de Rosetta (1100 collaborateurs) aux Etats-Unis. La première est spécialisée dans la...
Points de vente / Place à l'émotionel
En matière de marketing terrain, la tendance est au retour de la théâtralisation du point de vente. Les opérations de promotion jouent la carte de l'événementiel....
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

STRATEGIES SUMMIT
Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES