Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le making of, nouvelle arme fatale du cinéma

20/01/2005

La seconde édition du Festival international du making of a eu lieu début janvier à Marseille. Instrument de promotion dans les bonus DVD, le making of s'affirme de plus en plus comme un genre à part entière.

L'industrie cinématographique s'adonne aux plaisirs du rabe. Impossible aujourd'hui d'imaginer lancer un DVD sans bonus et, tout particulièrement, sans l'incontournable making of. Cette histoire dans l'histoire fait aussi le bonheur des cinéphiles. Le boom des making of est indissociable de la DVD-mania qui s'est emparée de l'Hexagone. Six ans seulement après sa commercialisation, un foyer sur trois est équipé d'un lecteur DVD. Dès 2002, les ventes de DVD supplantaient celles des cassettes VHS. Elles dépassent aujourd'hui les 60 millions d'unités - seuls les téléphones mobiles bénéficient d'un taux de croissance supérieur - achevant d'installer les making of dans nos habitudes télévisuelles.

Si le genre n'est pas réellement nouveau (dansLa Nuit américaine, en 1973, François Truffaut s'en inspirait déjà), il est devenu un argument marketing irremplaçable et vire au genre cinématographique à part entière. On se souvient du sort du long-métrage de Terry Gilliam : son filmLost in La Mancha, sorti en 2003, raconte... la tentative avortée du cinéaste britannique d'adapterDon Quichotte.

Les budgets s'envolent

De cette tendance, le Centre national de la cinématographie (CNC) a pris acte. Il participe désormais à la création de ces bonus via sa commission d'aide sélective à l'édition vidéo. De son côté, le Festival international du film de Cannes s'est doté d'un prix du meilleur DVD, attribué l'an dernier au dessin animéLe Roi et l'oiseau. Grand argentier du cinéma hexagonal, Canal + n'est pas en reste : la chaîne cryptée a diffusé en juillet 2003La Nuit du making ofet propose désormais une émission sur ce thème un samedi soir sur deux. TPS propose pour sa part, via sa chaîne Home Cinéma,« les grands films de cinéma en qualité DVD, accompagnés de tous leurs bonus ». Enfin, plusieurs festivals du making of ont vu le jour. Cet été ont été organisées une manifestation à Carnac, en juin, et une autre à Romorantin, en septembre. Quant à la deuxième édition du Festival international du making of, elle a eu lieu du 5 au 8 janvier à Marseille.

Après la DVD-mania, l'heure est donc à la making of-mania. Des fortunes sont dépensées pour satisfaire les désirs du cinéphile, toujours plus exigeant. Selon David Dessites, qui a créé en 2000 Dreamlight, une société spécialisée dans la production et la réalisation de making of, les budgets se sont envolés :« Il y a peu, les sommes allouées étaient dérisoires. On assiste aujourd'hui à une prise de conscience du travail que cela représente. Nous avons par exemple obtenu de gros moyens pour filmer le tournage desChevaliers du ciel [un film de Gérard Pirès, en salles le 14 juillet prochain], ce qui nous a permis de filmer certaines scènes avec pas moins de huit caméras ! Autre exemple, pourJoyeux Noëlde Christian Carion[dont la sortie est prévue le 14 décembre], le producteur délégué Christophe Rossignon nous a alloué un budget très confortable : 70 000 euros. »

Si certains making of sont réellement passionnants, d'autres s'avèrent ennuyeux comme la pluie. Et le risque de surdose guette. À quand les bonus des bonus ? Certains réalisateurs prévoient désormais, en cours de tournage, l'addition de scènes coupées pour la fabrication du film sur le film. Comme si le marmiton s'occupait de la garniture avant la cuisson...

L'avenir, dit-on, serait dans une exploitation accrue de l'interactivité, qui donne l'impression au téléspectateur d'endosser le costume du réalisateur. Les éditeurs vidéo proposent ainsi des fins « inédites » ou « alternatives » - parfois meilleures que les originales - à des films commeLiaison fatale,Seven,Hannibal,Thelma et Louise,La PlageouScream3. Au risque d'aller à rebours de l'effet escompté. Un magicien dévoilant les secrets de ses tours ferait perdre à son numéro tout intérêt !

Une étude du CNC note ainsi que« pour un film commeSeul au monde [réalisé en 2000 par Robert Zemeckis], le fait de montrer le making of avec toute l'équipe technique est antagoniste avec le thème de la solitude, de l'isolement, de la survie primitive sur lequel repose le film. »Trop de bonus va-t-il tuer le bonus ? On n'en est pas encore là. Le 11 janvier dernier, juste après le docu-fictionHomo sapiens, qui a rassemblé 8 millions de téléspectateurs deux ans aprèsL'Odyssée de l'espèce, France3 a ainsi diffusé... un making of.

Envoyer par mail un article

Le making of, nouvelle arme fatale du cinéma

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.