Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Interview

Andy Lyons : « Les supporters sont considérés comme des téléspectateurs »

31/03/2005

Andy Lyons édite When Saturday Comes (WSC), l'un des titres irrévérencieux de la presse football britannique.

Comment When Saturday Comes a-t-il été créé ?

Andy Lyons.En 1985, après le drame du Heysel, où trente-neuf personnes ont perdu la vie dans une confrontation entre supporters de Liverpool et de la Juve, le foot anglais avait une image extrêmement négative. Le gouvernement britannique a pris des mesures drastiques : pour entrer dans les stades, les supporters devaient montrer une pièce d'identité... Lorsque nous avons créé WSC, en 1986, nous souhaitions redonner une image positive du football. À l'époque, je travaillais dans un magasin de disques, et il ne me semblait pas aberrant de lancer un fanzine sur le foot, photocopié et agrafé, à l'instar des fanzines musicaux, car la musique et le football font tous deux partie de la même « pop culture ». A l'époque, il existait uniquement des titres pour les gamins ou des pages sports terriblement ennuyeuses...

Aujourd'hui, comment se porte WSC ?

A.L.Nous sommes un magazine national, avec 25 000 ventes par mois. Nous avons abandonné le format « fanzine » en 1988. Et, en 1989, notre traitement du match de qualification de Coupe du monde Albanie/Angleterre nous a valu énormément de retombées, aussi bien en termes de ventes qu'en termes de publicité. Nous avons ensuite décliné la marque WSC en sortant des livres sur le foot, avec des contributions comme celle de l'écrivain Nick Hornby, l'auteur de Carton jaune. Ce dernier est assez emblématique de notre lectorat : éduqué et ouvert sur d'autres choses que la seule « foot culture ».

Avez-vous influencé des titres comme Four Four Two, qui traitent du football de manière décalée ?

A.L.Très franchement, je n'espère pas. Four Four Two n'est pas un mauvais titre, il est même plutôt bien fichu mais, selon moi, c'est le genre de magazine qu'on lit en avion... Il s'adresse vraiment à cette nouvelle génération de supporters qui ne fréquente plus vraiment les stades. Une génération qui a une approche people du jeu et qui veut lire des reportages sur David Beckham. Quand on a commencé, dans les années 80, le football était un pur divertissement, qui s'adressait directement aux gens. Aujourd'hui, les supporters sont avant tout considérés comme des téléspectateurs. C'est la principale critique que je ferais à l'industrie du foot. D'ailleurs, notre contenu est devenu beaucoup plus négatif, corrosif, alors qu'à nos débuts nous souhaitions redorer le blason de ce sport...

Propos recueillis par D.L.G.

En savoir +

>www.wsc.co.uk

Envoyer par mail un article

Andy Lyons : « Les supporters sont considérés comme des téléspectateurs »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.