Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La sécurité s'invite jusque dans nos assiettes

26/01/2006 - par Pascale Caussat

Mieux vaut la sécurité que la liberté. C'est l'un des enseignements de l'étude sur la perception de la traçabilité par les consommateurs, réalisée par MV2 Conseil pour le Salon de la traçabilité.

Les Français sont-ils mûrs pour un avenir à la Minority Report ? À en croire l'étude réalisée pour le Salon de la traçabilité, organisé du 24 au 26 janvier au Cnit Paris La Défense, on n'en est pas loin. Ils semblent en tout cas peu effrayés par les atteintes aux libertés individuelles que font peser les politiques sécuritaires. Les crises alimentaires à répétition depuis la vache folle en 1996 sont passées par là, le terrorisme aussi. « Les attentats de Londres en juillet 2005 ont mis en évidence le rôle des caméras de surveillance, sans provoquer beaucoup de réactions négatives », souligne Pascale Hébel, directrice du département consommation du Crédoc.

Le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie a apporté un éclairage sociologique au sondage sur la perception de la traçabilité par les consommateurs, réalisé par l'institut MV2 Conseil à l'occasion du Salon de la traçabilité. D'après cette étude, menée en deux phases (qualitative et quantitative) en septembre dernier, 51 % des personnes interrogées pensent que la traçabilité appliquée aux personnes est « quelque chose qui présente certains avantages mais doit être contrôlé », 17 % jugent qu'elle « représente énormément d'avantages et devrait être développée », 29 % la voient comme « quelque chose qui effraie », 65 % l'estiment bénéfique dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité, 53 % pour la localisation des personnes fragiles (enfants, personnes âgées ou malades). Pour le Crédoc, le fait qu'un interviewé sur quatre seulement soit ­effrayé par la traçabilité des personnes est significatif. On peut le constater lorsque les usagers des transports aériens acceptent de bonne grâce de retirer leurs chaussures au passage des portiques de sécurité.

Besoin de réassurance

Une chose est sûre, le terme de traçabilité est entré dans le langage courant, même s'il n'est pas reconnu par le correcteur d'orthographe de Windows : 80 % des sondés en ont déjà entendu parler et 95 % pensent qu'elle représente un enjeu important pour l'avenir de la société française. Les personnes interrogées en ont principalement pris conscience à travers les crises alimentaires et par les médias, plus marginalement par les mentions sur les emballages. « Les Français ont été marqués par la crise de la vache folle, note le Crédoc. Ils se sont rendu compte que l'alimentation peut apporter un risque, alors qu'elle fait partie de la culture française. Le besoin de réassurance est encore plus fort en France qu'ailleurs. La sécurité est devenue le premier critère d'achat. »

Menace encore lointaine lors de la réalisation de l'étude, la grippe aviaire a désormais des conséquences sur les achats de volailles depuis qu'elle est confirmée sur le sol européen. Le Crédoc croit cependant déceler une plus grande confiance dans le poulet que dans la viande bovine, qui n'a jamais retrouvé ses niveaux de ventes d'avant 1996. Alors qu'en 1997, 55 % des consommateurs estimaient que les produits alimentaires présentaient des risques importants pour la santé, trois ans plus tard, sept Français sur dix partageaient cette opinion. Le plus traumatisant, selon le Crédoc, a été le sentiment de subir le risque et de perdre son autonomie par rapport au monde environnant. Dans ce contexte, la traçabilité a pris une connotation ­positive.

Culture paysanne

Logiquement, les produits ingérés sont en tête des attentes en termes de traçabilité : viande, produits laitiers, médicaments. Les transports aériens viennent ensuite, sans doute en raison de la cascade de catastrophes intervenues pendant l'été 2005. La perception des risques est en effet directement liée à leur médiatisation. Les cosmétiques figurent plus bas dans le classement, mais il suffirait sans doute de quelques articles alarmistes sur les composants des crèmes de beauté pour leur faire grimper des échelons.

Ce type d'étude n'est d'ailleurs pas exempt d'incohérences. Les personnes interrogées déclarent par exemple faire davantage confiance à la grande distribution (53 %) qu'au commerce de proximité (45 %) pour contrôler les produits, mais préfèrent les petites marques nationales (60 %) aux grandes marques internationales (20 %). « Les Français sont très influencés par le lien social, complète Pascale Hébel. Ils ont gardé une culture d'agriculteurs, ils ne comprennent pas les processus industriels. Dans une crise, on compte d'abord sur ses proches. » D'un autre côté, les consommateurs sont rassurés par les moyens mis en oeuvre par les grands distributeurs. L'exemple d'E.­Leclerc, qui a réagi avec célérité lors de la crise des steaks hachés (et qui s'est empressé de rejeter la responsabilité sur le ­fabricant), et celui de Mc­Donald's, qui organise des journées portes ouvertes, auraient tendance à confirmer cette intuition.

S'agissant des solutions pour garantir la traçabilité, les sondés sont réceptifs à 44 % à la mise en place d'un label, derrière des informations complètes sur les différentes étapes du processus (46 %). À noter que 8 % de confiants préfèrent ne pas avoir trop d'informations. La création de labels est une spécificité française, et l'on peut s'interroger sur leur lisibilité aux côtés des logos « bio », « Label rouge » ou « commerce équitable ». Si la traçabilité apparaît utile avant tout pour retirer les produits après l'irruption de la crise, puis pour rassurer a priori sur les produits achetés, le rôle de la communication apparaît indispensable. « Pour beaucoup de marques, il n'est pas nécessaire de communiquer tant qu'elles n'ont pas connu de crise. Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne attitude », confie Soline Sommers, commissaire générale du Salon de la traçabilité.

www.tracabilite2006.com

Envoyer par mail un article

La sécurité s'invite jusque dans nos assiettes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.