Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les traits de génie de la publicité illustrée

16/11/2006 - par Marie Maudieu

Parce qu'elle laisse son auteur en arrière-plan, l'illustration est parfois considérée comme un art mineur. Une injustice que répare l'ouvrage Traits séduisants. Où l'on vérifie que la publicité doit beaucoup aux illustrateurs.

Directeur artistique passé par les grandes agences de publicité jusqu'en 1986, auteur d'Objectif Pub et fondateur de l'agence Vue sur la ville, Alain Lachartre a voulu, avec son ouvrage Traits séduisants, l'illustration au service de la communication des marques, qui paraît aux éditions Scala (75 e), donner un coup de projecteur sur une profession essentielle à la publicité : les illustrateurs. L'ouvrage permet de découvrir ou redécouvrir plus d'une soixantaine d'artistes. Tardi (Égoïste de Chanel), François Avril (Canal +, BNP, Danone, Vinci, EDF) ou Loustal (Monoprix) y sont notamment évoqués. « En France, l'illustration n'est pas suffisamment mise en avant, souligne Alain Lachartre. Par le passé, on recourait beaucoup aux dessinateurs. Il y a eu ensuite un transfert artistique au profit de la photo. » La faute incombe moins aux annonceurs qu'aux agences, « qui doivent oser l'illustration, donner plus de pouvoir à la direction artistique, accompagner ensuite l'illustrateur, rassurer l'annonceur », ­résume Alain Lachartre.

D'autant que franchir le pas s'avère payant. « Il n'est qu'à voir ce que font les banques ou les assureurs aujourd'hui en utilisant l'animation et la 3D », explique Alain Lachartre. Quand la marque veut faire entendre sa voix autrement, l'illustration est un recours car elle s'adresse à la sensibilité, parfois avec un brin de nostalgie, souvent en suscitant l'étonnement. Traits séduisants regorge d'exemples et de citations d'annonceurs comme Frédéric Verbrugghe, directeur général de la Grande Épicerie de Paris, qui a collaboré plusieurs fois avec Jean-Philippe Delhomme : « L'illustration nous a permis de construire une image et, dans le même temps, d'installer une proximité commerciale plus importante, un côté affectif dans la relation à notre clientèle. » Autre exemple, qui ne figure pas dans le livre, les « Ils » de Geneviève Gauckler, qui ont redynamisé Bourjois.

Métier solitaire

Encore faut-il repérer les talents. Hormis les sites de leurs agents, les illustrateurs manquent de visibilité. « En France, contrairement à ce qui se fait en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, la profession n'est pas organisée, déplore Alain Lachartre. Les illustrateurs sont un petit clan, curieusement regroupés géographiquement - le ixe arrondissement de Paris en regorge !- mais chacun travaille dans la solitude de son atelier. » La seule organisation connue, Le Crayon, a été fondée il y a moins d'un an par François Avril. Qui dira la solitude de l'illustrateur, le soir au fond de son atelier ?

Les crédits des visuels (de haut en bas)

-Duhoo pour La Grande Epicerie de Paris (2004)

-François Avril pour Canal+ (1994)

-Loustal pour Monoprix (1990)

Tardi pour Egoiste de Channel (1990)

Envoyer par mail un article

Les traits de génie de la publicité illustrée

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.