Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

« Consom'acteurs »de nouveaux médias

01/03/2007 - par Bruno Fraioli

Les équipements électroniques qui débarquent dans nos salons ou nos poches auront une influence sur notre consommation des médias. Les opérateurs devront s'adapter.

Qui n'a pas encore son écran plat ? Selon GfK, 17 % des foyers français en sont déjà équipés. Ils seront 75 % en 2010. Il faudra aussi compter sur les appareils nomades et les lecteurs-enregistreurs numériques. Du coup, c'est notre ­environnement quotidien qui est bouleversé. Et avec lui notre consommation des médias. À nouveaux appareils, nouveaux usages. « Grâce à l'écran plat, le téléviseur est devenu un objet alors qu'il n'était qu'un produit », affirme Stéphane Cotte, directeur marketing chez Samsung France. Avec son design soigné, l'appareil prend aussi du volume : la taille moyenne devrait se situer à 32pouces (plus de 80 cm) en 2010. Sans parler de sa qualité d'image, grâce à la haute définition. En 2010, 45 % des postes vendus seront « Full HD ». « Cet aspect spectaculaire replace le téléviseur au coeur du salon et de la famille », note Philippe Nouchi, directeur des études audiovisuelles chez Zenithoptimedia. « Le téléviseur retrouve un rôle rassembleur et permet des audiences fédératrices », ajoute Philippe Bailly, directeur associé de NPA Conseil. Ouf, la famille est sauvée, et les chaînes généralistes aussi. À condition qu'elles investissent dans des programmes événementiels et en haute définition.

Parallèlement, pourtant, l'émiettement des audiences se poursuivra, notamment en raison du succès des lecteurs-enregistreurs DVD. En 2010, GfK prévoit que 40 % des foyers posséderont un magnétoscope à disque dur branché sur toutes les sources numériques disponibles. « Ces appareils favoriseront l'individualisation, explique Philippe Nouchi, de Zenithoptimedia. Chacun pourra choisir son programme grâce à la vidéo à la demande. » Comme avec ces téléviseurs portatifs captant la TNT ou le DVB-H (la télévision mobile personnelle) et qui pourront trouver une place dans chaque pièce de la maison. « Mais je crains qu'à l'heure du petit déjeuner, dans la cuisine, la consommation du média télévision soit plus proche de l'écoute d'une radio », prévient Jacques Mollet, vice-président de Samsung France, qui hésite à inclure un téléviseur dans la porte de ses réfrigérateurs... GfK observe aussi que les foyers devront arbitrer entre les dépenses. Si l'écran plat est une priorité, la chaîne hi-fi ne l'est plus. L'industrie musicale a donc encore du souci à se faire.

La bataille des transports

L'autre raz-de-marée est le nomadisme, avec comme clé de voûte les appareils multimédias et multifonctions ultraportables, notamment les téléphones. L'arrivée de la télévision mobile personnelle sera prépondérante. « Mais ce sont les consommateurs qui vont créer l'usage, pas les constructeurs ni les opérateurs », note Stéphane Cotte, chez Samsung. Le constructeur coréen préfère donc proposer le maximum de fonctions dans ses téléphones, faute de savoir laquelle sera la plus utilisée. « Cette télévision ne sera pas adaptée à tous les instants, et il faudra créer de nouveaux programmes, plus courts et plus formatés », poursuit Philippe Nouchi. « La bataille se fera sur les transports, le seul moment de la journée encore disponible pour le développement de médias audiovisuels », indique Philippe Bailly, de NPA Conseil. Une pierre dans le jardin de la presse et de la radio, fortes à ces périodes-là.

Enfin, quels rôles tiendront demain dans notre vie quotidienne des appareils comme la Slingbox ou la Location Free de Sony ? Déjà commercialisés, ces deux boîtiers électroniques préfigurent la télévision du futur : l'accès à sa télé et surtout à ses programmes audiovisuels en n'importe quel lieu. Ces appareils, installés au domicile mais reliés à un décodeur numérique de télévision et à une ligne ADSL, peuvent être commandés à distance par Internet. Un supporteur du Paris Saint-Germain vivant à Singapour pourra ainsi continuer à suivre les matchs de son équipe favorite diffusés sur Canal + en France, à plus de 10 000 km de distance. Le logiciel Orb permet également d'accéder, via le Web, à la carte TV de son ordinateur. « Avec ce type d'appareil, nous sommes en avance sur les consommateurs, précise Stéphane Curtelin, responsable marketing TV de Sony. Cela fonctionne en Grande-Bretagne et au Japon, mais reste un produit de niche s'adressant à quelques branchés. Il en ira différemment dans quelques années, quand des accords seront passés avec des fournisseurs de contenus... et que consommateurs et distributeurs auront bien compris le produit. » Des techniques qui remettent aussi en cause la valeur des droits des programmes, notamment pour les événements sportifs. En tout cas, les globe-trotteurs n'auront plus d'excuse s'ils ont manqué le journal de 20 heures de PPDA sur TF1... À part celle du décalage horaire.

www.slingmedia.com

 www.orb.com/fr

Envoyer par mail un article

« Consom'acteurs »de nouveaux médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

GFK